frequencebanane.ch
Fréquence Banane fait le bilan du Montreux Jazz Festival et vous présente en avant-première les innovations qui seront mises en place dès l'édition 2015.
Maquette de la statue de Claude Nobs, surplombant la Baie de Montreux

Dans tous les événements qui ont une certaine importance, il y a un après. C'est un moment hybride où d'un coté on se retourne sur ce qui s'est passé pour tirer des conclusions et évaluer ce qui a été mis en place et d'un autre coté on regarde devant en essayant de voir quelles améliorations on peut apporter pour l'édition prochaine.

Au Montreux jazz 2014 « l'après » est fait de plusieurs projets en vue de rendre l'édition 2015 encore plus belle et festive.

La première innovation que vous découvrirez l'année prochaine est l'installation d'une statue de Claude Nobs. Freddie Mercury avait déjà une statue à son effigie à Montreux et Claude Nobs une avenue mais ce n’était pas assez en regard de ce qu'il a apporté à cette ville et au monde de la musique en général.

Mais on ne peut pas la mettre à coté de celle de Freddie. Il faut trouver mieux pour cet homme et son oeuvre. Alors elle sera placée au sommet de la dent de Jaman, dans les Rochers-de-Naye, qui sont au dessus de Montreux. Il aura une chemise bariolée et un harmonica dans une main. Haut de 73m, il sera placé en position christique, les bras écartés, comme pour mieux embrasser le monde musical qu'il a créé quelques centaines de mètres plus bas. Il surplombera ainsi toute le lac léman qui, par la même occasion, sera rebaptisé « la baie de Montreux ». Ce sera le Claude Nobs de Corcovado et ça sera bien.

Autre innovation qui sera annoncée par l'organisation du montreux jazz dans les mois à venir : celle de la commercialisation d'un billet un peu spécial. Ce sésame permettra aux spectateurs habitués aux salles du festival de profiter, le temps d'une soirée, de l’univers dans lequel les staffs évoluent durant deux semaines. Les spectateurs qui auront acheté ce billet pourront donc utiliser les staffways, aller en backstage ou encore jouer au babyfoot et au flipper au bar staff et profiter des canapés.

Selon le document que Fréquence Banane s'est procuré, l’organisation du festival justifie cette nouveauté en expliquant que "dans ces lieux il y a une si bonne ambiance et tant de gens à rencontrer que c’était normal d’ouvrir ce monde secret à quelques privilégiés afin qu'ils puissent vivre, pour un moment, ce que vivent les staffs et se prendre au jeu".

Car, soyons honnête, dans tout ce qu’amène avec lui ce grand cirque qu’est le Montreux Jazz Festival durant deux semaines c’est bien ce côté là qui est le plus intéressant à vivre.

Bookmark and Share
On ne les lâche plus. Après les avoir reçu dans notre studio lausannois, on a traqué les Rambling Wheels pour les interviewer avant leur passage à la Rock Cave.

On a retrouvé à Montreux nos rockers neuchâtelois préférés, quelques mois après les avoir reçu dans notre studio à Lausanne.

Profitant de l'atmosphère tamisée et intimiste des backstages de la Rock Cave, on a essayé de leur soutirer des informations concernant leurs projets futurs classés top secrets. Ils nous ont parlé de la sortie de leur album en Allemagne, de leur sortie du lac, de leurs prochaines dates cet été en Suisse romande et des pièges du Lieschtenstein.

Bookmark and Share
Les canards du bord du lac se sont mis en grève depuis ce matin, protestant contre les installations du festival, la pollution et le tapage nocturne qui va avec.
Le porte-parole des canards avait le regard noir au moment de la conférence de presse

Au Montreux Jazz Festival, après 50 ans d’attente, Stevie Wonder est enfin venu et le beau temps aussi.

Ces deux éléments, et surtout le deuxième, ont fait que l’affluence sur les quais s’est considérablement accrue au grand bonheur des crepiers, gaufriers, bieriers et pizzaiolo. Ça a aussi créé, comme on l’a vu le week-end dernier, des embouteillages pas possibles sur les quais.

Cette foule n’a d’ailleurs pas fait que des heureux. Les staff propreté, pilotant les containers, peuvent avancer moins vite que quand il roillait et les bars en général sont débordés. Mais s’il y en a qui sont les plus mécontents de la situation c’est, presque comme chaque année, les canards du bord du lac.

En effet ces derniers en ont marre que le festival envahisse leurs lieux de vie avec des stands de nourriture et des terrasses. Ces endroits qui ont les pieds dans l’eau sont très prisés des fêtards mais posent de nombreux problèmes aux locaux qui étaient là avant tout ce ramdam.

Dans la liste des problèmes pointés de l’aile par Yes we Canards, le syndicat défendant les intérêts des canards, se trouve également la pollution, la lumière ou encore le tapage nocturne : "comment voulez-vous qu’on arrive à dormir quand vous diffusez dans tous les coins de la musique, techno ou electro ? enfin je veux dire, yen a qui bossent le lendemain, qui dovient se lever tôt pour aller mettre la tête sous l’eau ou faire coin coin toute la journée, des boulots pas faciles, alors si en plus on ne peut plus dormir ça ne peut plus durer. En plus s’il n'y avait que le bruit ça irait encore mais à chacune de vos installations, il y a des néons fluos qui nous éblouissent ! Non vraiment ce n'est pas possible", expliquait le porte parole des canards dans un communiqué publié ce matin.

Un mouvement de grève a donc été décidé depuis ce matin. Les canards ont annoncé solenellement qu’ils ne mettraient plus les palmes au boulot tant que tout ce raout de juillet n'est pas terminé. Selon des sources concordantes, ils sont même prêts à prolonger leur action demain et les jours suivants jusqu’à ce qu’ils obtiennent gain de cause, à savoir que le festival enlève ces constructions voire même carrément qu'il mette fin au festival lui-même.

Alors il faut bien entendu relativiser ces menaces. Ce mouvement n’aura que peu d’impact sur le déroulement du Montreux Jazz. On voit mal les organisateurs céder au chantage et changer leurs plans pour cette communauté.

En revanche, si les canards parviennent à rallier les cygnes à leur mouvement, cela pourrait être plus problématique pour les organisateurs puisque ces animaux participent un peu plus à la beauté du paysage lacustre que les canards. Le comité du festival a d’ailleurs publié une réponse aujourd’hui vers midi et envoyé une délégation dont Mathieu Jaton faisait partie pour aller négocier avec les grévistes. Mais il faut reconnaître que cette rencontre tient plus de la manœuvre politique pour apaiser les tensions et il est peu probable qu’elle produise un effet considérable.

Bookmark and Share
Dérapage lors de la demi-finale du prestigieux concours de piano de Montreux Jazz Festival. Les pompiers, les secours et les musiciens ont dû être appelés au secours.
Le piano sur lequel a joué Jorgue Luis Pacheco Campos, après la demi-finale

Le prestigieux concours de piano du Montreux Jazz Festival se donne pour but de repérer les jeunes talents et de leur offrir une visibilité importante, un studio d’enregistrement pour 3 jours, 10'000 francs et une montre édition limitée.

Mais si cette compétition est plutôt habituée à l'atmosphère calme et feutrée des petits fours et du champagne, personne n’aurait pu prévoir ce qui allait arriver lorsque le jeune cubain Jorgue Luis Pacheco Campos a posé ses mains sur le piano.

Le jeune talent a joué avec tellement de passion, de frénésie, de vitesse et d’enthousiasme que les notes qui sont sorties du piano ont rapidement débordé et envahi le salon. Il y avait tellement de notes qui tombaient du piano sur le sol, des SI des DO, des LA des MI que les jurés du concours, les spectateurs et les organisateurs ont assez vite perdu le contrôle de la situation. Le salon où se jouait la compétition a dû provisoirement être évacué et les pompiers ont dû être appelés.

Malheureusement, ces derniers n'ont rien pu faire avec leurs lances à incendies et on a donc dû aller chercher des trompettistes, des flutistes, des saxophonistes, des cornistes, des hautboïstes, des aérophonistes, des trombonistes, des buglistes et d'autres trucs qui finissent en -istes comme des joueurs d’harmonica afin qu'ils aspirent les notes qui envahissaient la salle à l'aide de leurs instruments et qu'ils écartent provisoirement tout danger.

Mais maintenant que la situation d’urgence est passée, se pose la question de savoir que faire avec toutes ces notes de musique en trop. Quelques unes ont pu s’échapper par la fenêtre notamment mais la plupart se trouvent dans les pointrines et les bouches des musiciens appelés au secours. Or ces derniers sont habitués à souffler les notes et à les laisser sortir plutôt que de les retenir en eux.

Plusieurs solutions sont en train d’être étudiées comme par exemple organiser une jam sur les quais en plein air ou bien les mettre dans un grand conteneur et glisser des feuilles avec des portées pour qu’elles se posent dessus et que ça compose des morceaux. Et ensuite on pourrait les envoyer dans les pays où ils en ont moins ou dans les endroits où ils en ont plus besoin que nous.

Bookmark and Share
La pluie a pénalisé tous les événements se déroulant en plein air et les conséquences, pour certains, sont désastreuses. Le Montreux Jazz, qui possède des salles de concerts couvertes, peut leur venir en aide.
Malmené par la pluie, le festival d'opéra d'Avenches pourrait trouver refuge au Lab, en aftershow.

Je vous l’avais dit il y a quelques jours, la pluie, moi, ça m’inspire.

Et même si je m’étais promis de ne plus faire de chroniques en rapport avec la météo, je n’ai pas tenu longtemps devant l’inondation de soleil et la tempête de ciel bleu auxquels on a le droit depuis lundi.

Et puis merde c’est l’été ! De la même manière qu’en hiver on ne tient pas ses résolutions, l’été n’a pas été pensé pour tenir ses promesses.

Et pour ma défense, la chronique d’aujourd’hui ne porte qu’un petit peu sur la météo et un peu plus sur un événement d’actu.

D’ailleurs s’il faut vraiment vous livrer une portion d’actualité dans cette bulle musicale coupée du monde qu’est le Montreux Jazz, je préfère parler de la pluie de gouttes en Suisse que la pluie de roquettes au Proche-Orient. Bon.

Ceci étant clarifié, je peux donc me tourner vers l’intérieur du pays et même m’enfoncer dans la campagne fribourgeoise vaudoise jusqu’à Avenches. Car si vous aviez levé les yeux de vos concerts ces derniers jours, vous auriez vu que, pendant que de TROP PEU nombreux festivaliers venaient à Montreux pour tenter de passer entre les gouttes, le festival d’opéra d’Avenches, lui, souffrait de la météo.

En effet en raison des intempéries, deux représentations sur six de l’opéra « Carmen » ont été annulées. L’organisation du festival a annoncé des pertes financières à hauteur de 350'000 francs et environ 24'000 spectateurs se sont rendus dans les arènes au lieu des 30'000 attendus.

Face à ces difficultés, Eric Vigié, le directeur du festival d’Avenches, a proposé plusieurs pistes pour éviter de telles pertes l’année prochaine. L’une d’elles est par exemple de couvrir les arènes. Mais cette solution, bien qu’intéressante, coûtera cher et surtout ça prendra du temps.

C'est pourquoi, dans l’immédiat, il a envoyé un courrier top secret à Mathieu Jaton. Courrier que, bien entendu, Fréquence Banane a réussi à se procurer. (merci d'ailleurs à Daniel et Marina, les staffs facteurs).

On a pu y lire que trois représentations de « Carmen » se dérouleront cette année à Montreux d’ici la fin du festival. En effet, la délocalisation paraît être la solution d’urgence la plus appropriée pour permettre à l’opéra d’Avenches de rentrer dans ses frais. Les spectacles auront donc lieu ces trois prochains jours au Lab, dès 23h30. Les places ayant déjà été vendues, seuls les staffs désireux d’assister à ce magnifique opéra pourront encore rentrer dans la salle.

De plus, les musiciens de l’opéra seront rejoints dans la fosse par La Fine Equipe, les beatmakers marseillais et parisiens qui remixeront en direct les morceaux les plus connus de cet opéra.

Matthieu Monnier, le programmateur du Lab, a accueilli cette option de manière très positive : « c'est une merveilleuse occasion de pouvoir accueillir un tel spectacle dans notre salle et nous en sommes très heureux. Je suis sûr que Claude Nobs aurait été ravi d’une telle entraide pour le bien-être de la culture en général et de la musique en particulier. C'est la magie de Montreux. »

Eric Vigié a également commenté ce changement en déclarant que « même si nous nous déplacons dans un bas-fond où le vice règne en maitre et rempli de pouilleux de la pire espèce et donc indigne d’accueillir un tel chef d’œuvre de la seule et unique véritable Musique, nous sommes heureux de ce partenariat provisoire car ainsi les chanteurs pourront être payés ».

Bookmark and Share
Les news moins récentes

Boudewijn, à la guitare et Neil à la batterie, accompagnés de Jamie Cullum, un chanteur inconnu, pris au hasard dans les spectateurs
Boudewijn et Neil sont deux jeunes musiciens talentueux et hollandais qui bossent comme staffs au festival. Mais la nuit, ils mettent leur costume de justiciers du rythme et font régner la musique au Montreux Jazz Club pour le grand bonheur des spectateurs couche-tards présents à la Jam. Le premier... lire la suite...
Stevans c'est le groupe suisse qui a sorti le morceau «Vodka Red Girls». Ce premier single extrait de leur deuxieÌme album reÌsume aÌ lui seul la recette de Stevans: des meÌlodies efficaces, des rythmes groovy, une basse catchy, une guitare freÌneÌtique et des textes finement ciseleÌs. «... lire la suite...
Les spectateurs du Montreux Jazz, bloqués sur les quais
Le Montreux Jazz Festival a été une nouvelle fois victime de son succès. Ce week-end, entre samedi et dimanche, de nombreuses personnes souhaitant assister aux concerts du festival se sont retrouvées bloquées dans ce qu'on peut qualifier de véritable embouteillage humain. Les passants ont d'abor... lire la suite...
La Forêt est un collectif d'artistes comprenant deux Dj, Edmond et Jonathan, qui jouent ce lundi au Montreux Jazz Lab avant Nina Kraviz. Ils ont sont sur le label Department et viennent aussi de sortir un EP sur le label genevois Ayeku. Leurs sons se diffusent au travers de plusieurs compilations e... lire la suite...
Les artistes du MJF assurent le spectacle malgré les conditions météo difficiles
Comme vous avez pu le constater depuis depuis jeudi, le ciel semble un peu plus clément, les nuages laissent un peu de place à de la lumière et on peut parfois apercevoir une éclaircie aussi infime que l’espoir qui va avec de revoir le soleil sur Montreux. Vous vous imaginez bien que ça... lire la suite...
Deux festivaliers discutant des concerts de la veille (gravure de 1876, très bien conservée)
Depuis maintenant le 4 juillet, coup d’envoi de cette fête légendaire qu’est le 48e montreux jazz festival, j’ai plongé dans les archives de la commune, du canton, du pays et parfois même d’autres pays pour dénicher des secteurs staffs oubliés dans la poussière et tente... lire la suite...
Manu Lanvin (au centre) and the Devil Blues
Avec cinq albums à son actif ( «Venir au Monde» «Les Temps Mauvais» «Faible Humain» «Mauvais Casting» « Sons of the Blues » ) et de nombreuses collaborations artistiques déterminantes comme avec Calvin Russell, Neal Black et Paul Personne. Manu Lanvin, chanteur et guitariste émérite s’... lire la suite...
Antonin, dans l'enquête jusqu'au cou
En ce qui me concerne, la pluie, ça va un moment. Ça va surtout que dans un sens, c'est-à-dire de haut en bas et c'est parfois difficile de lutter contre, surtout nous, pauvres presque staffs, qui n’avons que nos vêtements pour se protéger, nos jambes pour courir et écourter nos trajets sous... lire la suite...
(Ce bon vieux Zac, c'est celui avec les cheveux longs et bouclés au bout)
Blue Pills est un groupe qui produit un rock intense en mélangeant les influences des quatre membres qui viennent tous d'horizons différents (Etats-Unis, Suède, France). Ecoutez Zac raconter son parcours, d'une ville des Etats-Unis aux concerts suédois et expliquer pourquoi il se sent bien mieux en... lire la suite...
The Angry Cats est un trio réuni autour d’une histoire écrite en temps réel, concert après concert, chanson après chanson, clip après clip. Les racines de la musique de The Angry Cats se trouvent à Detroit, Londres et Berlin. Et Paris aussi. Le son est celui du Rock’n’Roll, celu... lire la suite...

Banane On Stage

Retrouvez, durant toute l'année, les principales actualités des scènes musicales de Suisse romande.

Les dossiers de la rédaction