frequencebanane.ch
Lausanne, vingt-et-unième siècle. Le temps des discriminations raciales primaires peut sembler lointain, et pourtant. Des récits de personnes refoulées à cause de leur appartenance ethnique à l’entrée de certains clubs de la capitale vaudoise arrivent régulièrement aux oreilles des Lausannois.
Image d'illustration

Racisme latent. Du ouï-dire. Mais personne n’est jamais sûr de la véracité des faits. Ces dernières années pourtant, plusieurs témoignages similaires, dénonçant des actes racistes à l’entrée des boîtes de nuit lausannoises et venant de diverses personnes ne se connaissant pas entre elles, ont occupé les discussions. Difficile d’en avoir le coeur net, mais le fait d’en parler aidera peut-être les gens à oser prendre position si de tels actes se manifestent. 



Racisme de Nuit, un reportage d’Aline Kohler réalisé dans le cadre l’édition 2014 de la Semaine d’Action contre le Racisme 2014 ayant pour thème “le racisme dans l’espace public”. Diffusé en mars 2014, vous pouvez le réécouter ici même!

 

Racisme de Nuit. (Taille: 31MB)
Bookmark and Share
En signant l'accord de l'OCDE, la Suisse enterre le secret bancaire et accepte l'échange automatique de données fiscales.
© Chappatte

Après des années d'agonie, le secret bancaire helvétique est définitivement mort. Ce mardi 6 mai, Johan Schneider-Ammann, le ministre de l'Economie, signait à Paris la déclaration ministérielle de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Ce fut donc après d'intenses négociations et sous la pression des grandes puissances du G20 dont la Chine et la Russie et les membres de l'OCDE, que la Suisse a signé un accord lui permettant de faire un pas de plus en matière de coopération fiscale.


Cet accord de principe, qui doit encore être transcrit dans le droit suisse, prévoit un échange automatique d'informations qui devrait être mis en place d'ici 2017. Concrètement, cela signifie que les Etats signataires pourront recevoir des informations – relevés de comptes, dividendes, revenus des intérêts et des ventes – de banques étrangères à propos de leurs contribuables sans avoir à en faire la demande. Cette future norme de l'OCDE remplacera, à terme, la transmission de données demandées uniquement en cas d'enquête du fisc ou de la justice. Joint par téléphone, un gestionnaire de fortune de clientèle étrangère qui désire rester anonyme confie vivre au quotidien l'acharnement de plusieurs pays, dont les Etats-Unis. Cet employé, actif dans une banque suisse depuis plus de 30 ans, ressent cette tension constante comme une «hypocrisie de la communauté internationale» car de nombreux pays «le font aussi mais de manières différentes.»

 



Le secret bancaire suisse menacé depuis longtemps

Bien qu'appliqué par les banquiers suisses auparavant, le secret bancaire a été promu au rang de principe de société par son inscription dans la loi sur le secret bancaire de novembre 1934, qui promeut ses violations en délits pénaux. Accusées de favoriser le blanchiment d'argent et d'aider des clients étrangers à fuir le fisc, l'étau s'est de plus en plus resserré autour des pratiques bancaires helvétiques.


Rappelons, par exemple, le litige opposant UBS au fisc américain en août 2009: la Suisse et les Etats-Unis avaient signés un accord extrajudiciaire et les données de 4450 comptes avaient été livrées à la justice américaine. Cette affaire marque peut-être déjà le début de la fin du secret bancaire. En effet, quelques années plus tard, les Etats-Unis ont signé, en février 2013, un nouvel accord avec la Suisse. Il s'agit de la loi fiscale FATCA qui permet aux Etats-Unis l'imposition de tous les comptes détenus à l'étranger par les personnes soumises à l'impôt sur son territoire. Cette réglementation unilatérale, appliquée à tous les pays, eu un fort impact sur le futur du secret bancaire helvétique.
L'accord de l'OCDE, signé cette semaine, sonne donc comme un dernier coup de grâce sur les maigres restes du secret bancaire. Selon le gestionnaire de fortune, c'est une «révolution du monde bancaire à laquelle la place financière et la Suisse vont devoir s'adapter» si elles veulent rester compétitives. Notre témoin s'inquiète d'ailleurs que les clients suisses vivent la même chose dans les années à venir. Une partie de la population semble par ailleurs partager ses craintes : une initiative populaire «Oui à la protection de la sphère privée» a été lancée en juin 2013 et souhaite préserver le secret bancaire pour les citoyens suisses.

 


Pourtant, même si la place financière et les banques ont joué un rôle central dans le développement de la Suisse, la fin du secret bancaire «à l'ancienne» ne risque probablement pas de mener la Suisse à un déclin économique. Elle va d'abord forcer le monde bancaire suisse à s'ouvrir à de nouvelles perspectives. Forte de son savoir-faire reconnu et de la stabilité politique et économique du pays, il est très probable que de nombreux ex et/ ou nouveaux clients étrangers ouvrent des comptes. De plus, la Suisse peut se reposer sur sa vaste industrie et ses PME florissantes pour perpétuer sa croissance économique. Elle compte en effet plusieurs secteurs prospères qui, preuve de leur santé économique, n'hésitent pas à racheter certaines entreprises étrangères. Dernier exemple en date: le rachat par Syngenta de la société italienne Società Produttori Sementi. Finalement, l'industrie suisse compte depuis longtemps sur d'autres secteurs industriels innovants tels que la pharmaceutique, l'horlogerie et les technologies médicales.

 


Le secret bancaire a forgé pendant plus d'un siècle la place financière helvétique dans le monde ; son effritement accéléré va pousser le secteur bancaire à se réinventer et à explorer de nouveaux horizons. De leur côté, les autres secteurs économiques continueront à voler de leurs propres ailes en cherchant des soutiens économiques et politiques ailleurs, si nécessaire, pour assurer le succès économique de la Suisse.

 

Bookmark and Share
Plus de 1500 personnes ont répondu présent à l'invitation du Collectif de la liberté de l'avortement et de la contraception samedi 18 janvier.
@Margaux Reguin 2014

C'est dans une ambiance amicale mais déterminée que les manifestants se sont retrouvés samedi 18 janvier à 14h à la place Saint-François, pour dire non à l’initiative « l’avortement est une affaire privée ». Cette initiative est en votation le 9 février 2014 et vise à « alléger l’assurance-maladie en radiant les coûts de l’interruption de grossesse de l’assurance de base ».  

Parmi la foule, majoritairement féminine, deux tranches d’âge étaient présentes. Il s’agissait des jeunes d’environ 25 ans et la génération militante des dernières décennies ayant maintenant la soixantaine. La marche qui est passée le long des places clés de la capitale vaudoise, a été ponctuée de pas pris à reculons pour illustrer le retour en arrière qu’impliquerait cette initiative, si elle passait.

Après une heure trente de « balade », la manifestation s’est terminée à la place de l’Europe avec quelques brefs discours des organisateurs ainsi que des témoignages touchants de situations dans lesquelles des femmes ont eu recours à l’IVG.

 

Bookmark and Share
News moins récentes

«Nous ne sommes pas loin du débordement. Le principe de base est de retrouver un contrôle sur notre immigration, car la Suisse n’est pas extensible indéfiniment », a illustré Raymond Clottu, favorable à l'initiative. (© Lena Würgler)
L'aula du bâtiment principal de l'Université de Neuchâtel était pratiquement pleine mardi passé. Des spectateurs de tous âges étaient venus assister au débat sur l'initiative de l'UDC «contre l'immigration de masse». Raymond Clottu et Walter Willener, deux partisans du texte, ont affronté... lire la suite...
Trois objets pour les votations du 24.11.2013 (© www.dsj.ch)
Trois objets seront donc soumis au vote du peuple d’ici au 24 novembre. Le premier, «1 :12 – Pour des salaires équitables», demande que, au sein d’une même entreprise, le salaire le plus élevé ne puisse pas être plus de douze fois supérieur au salaire le plus bas. Il s’agit... lire la suite...
@miljobs.ch
En cette fin d’année, ce sont quelques mille cinq cent jeunes entre 18 et 25 ans qui ont reçu leur ordre de marche pour se rendre au recrutement militaire. Il n’était donc pas rare ces dernières semaines de croiser des cohortes d’apprentis, étudiants et travailleurs tombés du lit, ... lire la suite...
http://www.letemps.ch, Le Dalaï Lama arborant la casquette de l'université
Ce lundi 15 avril, on ne reconnaît plus le bâtiment Amphimax. La zone a été sécurisée et les étudiants de médecine ont disparu. Maintenant circulent des hôtes en tous genres, des scientifiques, des invités et une poignée d’étudiants. En effet, pour être admis à la conférence en tant qu&rsquo... lire la suite...
http://www.rts.ch/info/regions/autres-cantons/4441141-une-petition-a-ete-lancee-pour-sauver-l-ours-m13.html
L’ours M13, âgé de 3 ans, a été abattu mardi 26 février dans les Grisons. Il avait été catégorisé comme « ours à risque » au début de l’hiver. Pourtant, cet épisode a soulevé l’indignation du WWF de Pro Natura et d’une partie de la population, car les autorités et les garde-f... lire la suite...

Les dossiers de la rédaction

     

Faites passer l'information!

Un évènement à annoncer? Une information à transmettre? Pensez à informer la rédaction!