frequencebanane.ch

Même si c'est nous qui sommes le chef et qui décidons quand c'est la fin, on doit quand même se résoudre à ce que le Black Movie, ce soit fini. Alors marquons le coup et fêtons ensemble les 15 ans du Black Movie (version actuelle)...

Crédits: www.blackmovie.ch

A tout seigneur, tout honneur. La tête d'émission est donc réservée à Kate Reidy, co-directrice, co-programmatrice, rédaction de programme et de site web, multi-casquettrice du festival. 15 ans c'est long, et c'est court. Lapalissade certes, mais tellement vrai quand Kate regarde en arrière et en avant!

On poursuit avec notre découverte des métiers de l'ombre. Autre projectionniste, autre vision du métier. Eva nous parle bobine. Projectionniste numéro 2, à toi!

L'on retrouve la direction du festival pour un clin d'oeil aux soirées originales et mouvementées du Belinda B. Jeudi a marqué les esprits, et c'est ce qui ressort dans notre micro-trottoir. Autre chroniqueur, autre micro-trottoir. La thématique récurrente revient une dernière fois hanter votre radio préférée. Que pense les gens du Black Movie. Encore une fois, les réponses étonnent et détonnent. Car cette fois c'est un point de vue de l'intérieur, des couloirs du Grütli.

Un film, enfin, pour mettre fin à Radio Black, à 10 jours de couverture non-stop. Un film d'espoir (déçu) et de politiciens (déchus): Atalaku de Dieudo Hamadi.

Et de-ci, de-là une programmation musicale 100% festival, puisque toute la bande-son de notre émission est un extrait de bande originale Blackienne. De Gozu à El Resquicio, nous vous avons dressé un petit panel musical. Avez-vous déjà des envies de Black Movie 2015, et de son indéfectible Radio Black?

Bookmark and Share

L'envers du décor ça vous tente? Car ce soir, on a une surprise pour vous! Un détour par les recoins secrets d'une salle de projection. Rencontre avec un passionné.

Joao Guerra Da Mata et Joao Pedro Rodriguez - Crédits: Anne Maron

Monsieur Eckerhardt aime son métier, et à son rythme il nous en livre les ficelles. Attention, chronique contemplative...

Ce n'est pas tout. Nous avons nos traditionnels invités, stars Banane d'un soir: Joao Guerra Da Mata et Joao Pedro Rodrigues. On les voulait, ils sont venus, et nous ont parlés en toute liberté de leur court-métrage du moment, Mahjong, et de celui à venir qui en sera la suite. Un jeu de miroir entre deux réalisateurs et leur création, reflet d'elle-même... On s'y perdrait presque.

Black Movie oblige, on vous parle de films. Au programme, la déception Banane de ce festival: Nobody's Daugther Haewon. Une impression partagée apparemment par les cinéphiles qui s'étaient déplacés jusqu'au Spoutnik samedi après-midi. Mais comme le dit si bien Anne: "Sur 125 films, il y en a forcément un qu'on aime un peu moins".

Heureusement un film peut en cacher un autre, et c'est sur un tout autre ton que l'on s'extasie sur Los Bastardos. Surprenant, tendu, Los Bastardos est un Scarface revisité à la sauce mexicaine.

Comme de d'habitude on termine avec votre incontournable Flash Black, le meilleur moyen de se tenir au courant de l'actu Black.

 

Bookmark and Share

Vendredi, jour du poisson, mais aussi jour de grande générosité bananienne. Rien que pour vous ça été deux heures de direct avec pour thème principal le BIFF, Beijing International Film Festival, de son petit nom.

Talking heads, chinese whispers - Crédits: http://blackmovie.ch

Wang Hongwei nous a fait l'honneur de sa présence dans une interview menée de main de maître en sino-français par notre chinoise à nous.

Dans la foulée, on en a profité pour vous parler de The Son of Adam, un film "Carte Blanche au BIFF" que seuls quelques privilégiés ont pu voir en Chine. Spécial retransmission par ailleurs de la conférence thématique du 23 janvier: Talking heads, Chinese whispers qui a tenté de circonscrire la censure, et surtout de mettre des mots sur le présent du cinéma indépendant en Chine.

Transition avec une confrontation Black Movie-Avis de la Rue, transition qui nous permet en douceur de changer de continent (une thématique c'est fait pour s'en éloigner, non?). Direction l'Afrique et son ombre blanche. Le quotidien d'un albinos en Tanzanie laisse songeur... Puisque nous nous envolons ensuite pour le Costa Rica (Amérique du Sud, donc) et ses poulets. Por las Plumas, en long en large et en cuissettes, ça nous remets dans le bain puisque nous avions reçu Neto Villalobos en tout début de festival... Attardons-nous un peu sur les conseils du Dr Animo.

Mais pas trop longtemps. Le Black Flash, ou Flash Black, on n'a jamais réussi à se mettre d'accord, nous attend. Quels sont les films à ne pas manquer le lendemain de l'avant-veille d'après-demain?

Un conseil du vendredi pour finir en feu d'artifice? Sortez couverts, il pleut, et les soirées du Belinda B. peuvent parfois se dénuder...

Films serez-vous là? (Taille: 3.63MB)
Bookmark and Share

Cette année, une sélection des programmateurs des petits mais pour les grands ! Quand le Petit Black Movie s'adresse uniquement aux adultes, les courts métrages d'animation se font infernaux.

Radio Black et boXY

Dimanche, vous avez encore l'occasion de découvrir la projection du PBM pour adulte à 21h30. Une dégringolade de films grinçants qui nous rappelle tantôt que nous sommes que des bouts de viande dans l'univers, tantôt que le Paradis ne vaut guère mieux que l'Enfer, et qu'ici-bas, on s'y amuse plutôt bien.

Bookmark and Share

Radio Gaga du radio blabla, nous habitons au Grütli - sous la structure de la photo, depuis maintenant 6 jours.

boXY - Crédits: Studio Corium - Mika Ventura

Toujours au taquet, nous interviewons à tour de bras.

Lee Sang-Woo nous explique comment utiliser les sorties de secours. Exit, c'est le titre de son film, et le nom du sexe de la petite amie du héros. Vous voulez en savoir plus sur les traditions épilatoires de Corée du Sud, les infos sont en podcast!

Moins exotique, mais tout aussi original, boXY, le projet de studio Corium. Un bonhomme en cartons et des dessins d'enfants en parure, Mika Ventura est armé de créativité.

Pas en reste, les chroniqueurs cinéphiles de Fréquence Banane vous proposent deux films pour le prix d'un. Deported de Rachèle Magloire et Chantal Regnault, grave, vrai, lourd de conséquences pour les protagonistes, et Why don't you play in Hell plus léger et réflexif. Quel est le rôle d'un réalisateur dans une guerre des gangs empruntées aux films japonais de série B.

Et si vous ne savez pas quoi aller voir ce soir au Black Movie, faites un détour par le Black Flash. Eclaircies garanties!

 

 

Bookmark and Share
Entrées moins recentes

Hazalambo - Péril en la Nature (PBM)
Vaste programme découverte pour nos petits... Le cinéma à portée de doigts, avec l'atelier mapping. BoXY a permis aux enfants de monter une structure rigide sur lesquels leurs dessins sont découpés et projetés. La musique à fleur d'oreilles avec la découverte deux instruments extrême-orientaux: le ... lire la suite...
El Resquicio - Crédits www.elresquicio.com
Soyons heureux, le loup est une femme généreuse qui affiche ses talents de dominatrice sur les écrans de nos nuits noires. Et ce sont les gentils pères de famille qui en profite dans R100. Là, les oreilles! Vite, vite, ne perdons pas de vue la femme lapin. Elle saute dans le terrier des lapins assa... lire la suite...
A Touch of Sin - affiche
La preuve ? Il vient de remporter le prix du scénario au Festival de Cannes. Mais de mon point de vue, ce qui contribue à son excellence, c´est une question toute simple, intéressante et profonde que le réalisateur se pose et nous pose à travers ce film : quelles sont les frontières entre le bien ... lire la suite...
God loves Uganda - Crédits: http://www.godlovesuganda.com/
God loves Uganda est présenté dans le cadre de la section blackesque « Sans foi ni loi » qui propose cinq documentaires explorant diverses démarches mystico-politiques, en Afrique et en Haïti. God loves Uganda s’attache à mettre en évidence l’influence des Etats-Unis dans l’imp... lire la suite...
Black Movie - Crédits: Black Movie
Ce 19 janvier, Radio Black vous a parlé rejet en Ouganda, avec le film God loves Uganda, à suivre au théâtre de l'Usine lundi 20 janvier, 21h30, et mercredi 22 à 19h00. Dieu aime tellement l'Ouganda qu'il inscrit dans la tête de ses prêcheurs, et de ses fidèles, ce qui est bien ou mal. Et tomber amo... lire la suite...
Anahite Ghazvinizadeh et Tiago Rosa-Rosso - Crédits: www.blackmovie.ch
Radio Black : Anahita Ghazvinizadeh, Tiago Rosa-Rosso, vous ne vous êtes jamais rencontrés avant aujourd’hui. Mais vous êtes projetés en une même session dans les salles obscures du Black Movie. Il est donc temps de faire connaissance ! Que diriez-vous à l’autre pour vous présenter ? Ti... lire la suite...
Rigor Mortis - Crédits: Black Movie
Le synopsis : «  un acteur sur le déclin veuf et dépressif déménage sans le savoir dans un immeuble peuplé de vampires et autre anthropophages ». Ça sentait le bon gros film d'horreur du vendredi soir 22h, j'étais ravi ! Donc je me renseigne un peu et je découvre que c'est un film hommage à une anci... lire la suite...
Needle - Crédits: https://www.facebook.com/BlackMovieFestival
Hier, nous étions en forme et ça s'est entendu. Une double interview auto-traduite en live avec deux réalisateurs qui ne s'étaient jamais rencontrés, Anahita Ghazvinizadeh et Tiago Rosa-Rosso, un flash info prémonitoire, et une chronique décapante sur Rigor Mortis, on vous en jeté plein les oreilles... lire la suite...
Expo FMAC - Crédits: blackmovie.ch
Radio Black et ses sombres reporters intrépides ont à nouveau établi leur QG en plein cœur du Grütli. L'interview du réalisateur Uruphong Raksasad a été rocambolesque et éprouvante pour le jeune traducteur et la journaliste, mais vaut le détour ; pour percer les mystères de son film, "Ag... lire la suite...
Crédits: www.facebook.com/BlackMovieFestival
15ème édition  sous la houlette de Kate Reidy et Maria Watzlawick, le Black Movie a su ouvrir ses bras aux films de tous les continents sans ségrégation, et en toute amitié avec les festivals étranges et étrangers que les deux comparses ont visités. Qu'il s'agisse de l'Amérique du Sud et de ses pa... lire la suite...