frequencebanane.ch

Cette année, le bilan est plutôt mitigé pour le Festival d’Avenches Opéra. La faute à une météo exécrable, qui n’aura permis d’honorer que trois représentations sur les six initialement prévues.
Avenches Opéra ©

La météo capricieuse de ce début de juillet aura coûté cher au festival d’Avenches Opéra, et seul 3’000 billets ont pu être vendus, au lieu des 6’000 attendus par les organisateurs. Cette édition difficile, bien qu’elle ne remette pas en question la pérennité du festival, pourrait bien encourager la direction à réfléchir à une solution d’avenir pour contrer les aléas du temps.

Samedi soir, public et organisateurs croisaient donc tous les doigts, pour que le ciel soit enfin plus clément, histoire de clore cette 20ème édition - édition-anniversaire qui plus est - sur une note plus joyeuse. À 21h tapante, la représentation put commencer sans heurt. Après un premier acte brillant, le deuxième acte dut être interrompu, la pluie menaçant à nouveau. Une scène soudain vide, des parapluies éclosant de part et d’autres, et dans le public, une ambiance un peu tendue… Il faut dire qu’après une si belle ouverture, personne dans le public, ne se voyait rentrer à la maison de si bonne heure. Heureusement, après quelques minutes d’attente, la représentation put reprendre son cours, permettant aux chanteurs et musiciens, de mener à bien ce dernier Carmen.

Les arènes d’Avenches révélèrent alors toute leur magie, démontrant une fois de plus, qu’elles constituent un lieu qui se suffit à lui-même. Le décor circulaire pensé par Jean-Marie Abplanalp (directeur de la scénographie à l’opéra de Lausanne) s’est adapté à merveille au cadre millénaire des arènes: un lieu idéal pour la mise en scène dynamique, volontairement dénuée de folklore, d’Eric Vigié. L’espace sobre, très homogène, permit de mettre en avant les deux amants, leur rencontre, leur chute. Lors de l’apothéose finale, s’est alors déployée une esthétique bluffante où les ombres des badauds se découpèrent sur une corrida en projections. Don José, interprété ce soir-là par Giancarlo Monsalve, y apparait dans un clair-obscur magnifique, telle une ombre, fantôme de lui-même, à la rencontre d’une Carmen éclatante et implacable - prise de rôle très réussie de la soprano Noëmi Nadelmann.

 

Bookmark and Share

profitez de places gratuites pour l'opéra Carmen!

Le Festival Avenches Opéra démarre son nouveau spectacle Carmen ce vendredi 4 juillet. Pour certains, ce sera une occasion inespérée de découvrir cet opéra car de nombreux billets destinés à la représentation du dimanche 6 seront offerts à nos auditeurs via notre site web!

L'heure est venue de découvrir ce nouveau spectacle dans le fabuleux décor que constituent les arènes d'Avenches. Carmen est la nouvelle audace du directeur artistique du festival, eric Vigié, qui nous promet un spectacle grandiose et surprenant. Alors n'attendez plus, et contactez nore rédaction pour repartir avec deux sésames pour le 6 juillet à 21h!

 

 Contact Rédaction: redaction.frequencebanane@gmail.com

Plus d'infos: www.avenchesopera.ch/

Bookmark and Share

Le 4 juillet prochain le festival d'opéra d'Avenches souffle sa vingtième bougie avec Carmen, l'occasion de revenir sur un succès qui permet chaque année de (re)découvrir des oeuvres classiques dans un décor intemporel.

Edition 2014
Installé au coeur de la vieille ville, dans les ruines de l'amphithéâtre romain datant du IIème siècle, le festival peut se targuer de jouir d'un panorama exceptionnel. Depuis 1994, cet évènement propose de mettre sur le devant de la scène un opéra mais aussi le savoir-faire d'une région entière grâce au travail de ses habitants; couturiers, décorateurs, artisans, sans oublier toute la troupe des figurants. Ajoutons que cette année, son petit plus intéressera sûrement les gourmets puisque le festival proposera des paniers pic-nic composés de spécialités vaudoises provenant entre autres du vignoble voisin de Vully, ou de biscuiteries traditionnelles. De quoi décupler son plaisir sans oublier les charmes mélodieux de Carmen.

 

Rétrospective
À présent, revenons vingt ans plus tôt. Personne n'avait encore imaginé transformer les arènes d'Avenches en un rendez-vous incontournable pour les amateurs d'art lyrique. L'impulsion originel partit de Sergio Fontana, chanteur d'opéra renommé, qui contacta la commune dont la réponse ne se fit pas attendre. La machine était en route, pleine d'enthousiasme, elle aboutit à la première représentation du Aida de Verdi l'année suivante. Son succès fut immédiat.


Depuis, l'esprit du festival est resté le même, celui d'un "rassemblement populaire autour des plus grands opéras" comme l'affirme son directeur, Michel Francey. Les oeuvres se sont succédées au fil des ans, Nabucco, la Traviata, la Flûte Enchantée, ou le Rigoletto, mais cette année quel meilleur choix que le Carmen de Bizet, l'opéra le plus connu au monde, pour fêter la réussite du festival. Celui-ci fait maintenant partie du paysage culturel de la région, et il permet toujours à près de 6'000 personnes de venir admirer les fastes et le talent de chanteurs mondialement connus tels que Béatrice Uria Manzon et Noëmi Nadelmann, les deux interprètes de l'héroïne éponyme. Touchant ainsi un public aussi large que possible, l'opéra d'Avenches signera sans doute une nouvelle réussite durant cette édition 2014, et loin de se reposer sur ses lauriers, il nous promet d'ores et déjà une programmation tout aussi fabuleuse l'année prochaine avec Le Barbier de Séville.
À ne pas oublier


Pour découvrir encore ce qu'Avenches recèle en mystères, regardez l'interview de Michel Francey, directeur du festival, sans oublier notre page spectacle par Joelle Cachin.

 

 Joelle Cachin & Marc Pérez

 

Plus de renseignements: www.avenchesopera.ch/

 

Crédits: © Avenches Opéra 2014

Bookmark and Share

L'incontournable Carmen de Georges Bizet est à l'affiche du festival Avenches Opéra du 4 au 12 juillet, une nouvelle version inscrite sous le sceau de l'authenticité.

"Bon alors on commence les gars!" annonce Eric Vigié, directeur artistique et metteur en scène de l'Opéra d'Avenches, depuis un bureau situé au milieu du parterre des arènes. Il est passé 21h et la générale piano de Carmen est sur le point de commencer. Le ciel commence sûrement à s'assombrir tandis que quelques badauds arpentent encore les gradins. La générale piano est un moment clé, séance de travail et passage intermédiaire avant la pré-générale et la générale avec orchestre, où tout finit de se mettre en place. Seul un piano caché sous une tente accompagne les chanteurs qui se contentent généralement de "marquer", sans chanter à pleine voix. Le choeur des soldats monte sur sène, et surprise, ces derniers sont accoutrés à la manière franquiste.

Cette année en effet, Carmen a fait un bond dans le temps et c'est dans l'Espagne de Franco que se déroulera l'intrigue. Un choix significatif? Pas vraiment, explique Eric Vigié, car l'élément constituant de cet opéra n'est pas le contexte dans lequel l'histoire évolue, mais le caractère authentique et intemporel de la rencontre. Passées les évidentes connotations, le choix d'un contexte franquiste relève donc surtout d'une volonté d'épurer Carmen de ses fréquents ajouts folkloriques, pour ne conserver que la puissance émotionnelle de l'oeuvre.

 

Car chaque Carmen est différente, même dans un lieu comme celui des arènes d'Avenches qui ont déjà accueilli l'oeuvre à deux reprises, en 1996, et en 2004. Tout est repensé, de la mise en scène, des décors aux rôles pour faire revivre l'ouvrage lyrique le plus représenté au monde. Cette année, le festival se distingue par une distribution de très grande qualité. Deux Carmen se partageront les dates, Béatrice Uria Monzon, l'une des plus grandes Carmen de la scène internationale, et Noëmi Nadelmann qui présentera sa première Carmen à Avenches. On retrouve deux Don José également, interprétés par les ténors Giancarlo Monsalve et Jorge de Leon, ainsi qu'un Escamillo joué par le baryton Franck Ferrari. Le tout, accompagné par l'Orchestre de Chambre de Lausanne et le Choeur de l'Opéra de Lausanne, sous la baguette d'Alain Guingal est une proesse de qualité, à la hauteur des attentes d'un public fidèle aux arènes depuis 20 ans!

 

Crédits: © Avenches Opéra

Bookmark and Share
Entrées moins recentes

This blog doesn't contain any post in this category.