frequencebanane.ch
Festival Archipel: Corps Étrangers

Corps étrangers: Soirée patchwork-performances vocalo auditives

Ce dimanche j'ai pu assister à la performance tenue à la White Box du Grütli.

On y est accueillis par par deux installations vidéos aux couleurs sombres et intriguantes. On y discerne des ambulances, des flammes, des accidents, un fracas visuel que les jeux de lumièresau-travers de la typographie troublent pour le lecteur. Deux texted, l'un relatant l'expulsion d'un clandestin par les forces de police, l'autre retracant l'explosion qui a conduit un soldat à perdre son ouie et la parole.

Divisé en cinq parties, les acteurs alternent leur paroles comme des musiciens echangeraient leur partition en cours de route.
La premiere performance voit  Caroline Bergvall, Vincent Barras et Jacques Demierre articuler des sons qui au cours de leur lecture à trois voix, vont annoncer le vol du mot composé par l'acteur précédent. Sans s'attarder sur le sujet-même du texte

Le duo Barras-Demierre enchaine ensuite sur une performance bruitée qui reproduit le schéma précédent ou les deux performeurs propulsent des onomatopées constantes qui une fois arrivées à la fin du soufle de l0un est récupéré par le suivant et ce, pendant près de 10 minutes. Tout autant, leurs voix, le souffle et un rythme soutenu permettent aux deux performers de rester cohérents et en aucun cas rébarbatifs dans leur action.

S'ensuit une partie que l'on pourrait nommer d'orchestrée, en effet c'est sous la conduite d'un des perfomers précedants que l'ensemble de l'Encyclopédie de la parole vient interpréter une pièce sonore de textes.
Le chef d'orchestre donne et reprend les mots soufflés et parlés par les interprètes. Divisés en couples, chacunes de leur voix appuie le texte de sussurations, de bruitages et d'onomatopées. Il est assez fascinant de voir ces acteurs jouer un texte comme un ensemble de musique contemporaine, mais le plus souvent on se perd à apprécier la performance plus que le texte lui-même. Si vous veniez a me demander de quoi il s'agissait, je ne saurais le dire.

La pièce suivante voit tous les performers attablés, à boire et à articuler des débuts de phrases, à entamer des conversations sans les aboutir, comme dans un temps en suspens. On se serait cru dans un interlude, à la "En attendant Godot" si je puis me permettre. Un partie que peut-être certains auraient qualifiés d'obsolète mais qui prend tellement de sens quand on considère tous les mots perdus dans des discussions "small talk".

La dernière performance réitère le schéma de la tierce, toutefois en changeant de disposition les acteurs, et ponctue, si cela était encore nécessaire un soirée riche en expériences. Dans son entiereté, la soirée s'est révélée plus qu'intéressante, elle permettait de découvrir un art "parlé" qui reste d'un certaine manière encore discret, Il ne tient qu'au public d'aller chercher ce genre d'évènement, voire même d'aller chercher la discussion avec les artistes ( ce que votre serviteur n'a pas fait, mea culpa) pour mieux saisir la porté de la performance.

WWW.ARCHIPEL.ORG

Le projecteur s’est définitivement éteint sur la Piazza Grande ce soir, avec la projection du film Back Soon de la réalisatrice islandaise Solveig Anspach, un délire nordique hillarant!

L’heure du bilan final a sonné. Rencontre à chaud avec Frédéric Maire, directeur du Festival du Film de Locarno, qui dresse un bilan de cette 61eme édition.

Bookmark and Share
© FOTOFESTIVAL/ABRAM

Il Leopardo d'oro est attribué à…

Pour la cérémonie officielle, sur la Piazza Grande, durant laquelle les jurys officiels ont remis leurs prix, la liste des lauréats est beaucoup moins longue… Les Voici !

Pour la Compétition Internationale, le Jury a remis le Léopard d’or à Parque Vía de Enrique Rivero.

Le Prix Spécial du Jury a été remis à 33 Sceny z Zycia (33 Scenes from Life) de Malgoska Szumowska.

Le Prix de la Mise en scène est allé à Denis Côté pour son film Elle Veut Le Chaos.

Le Léopard pour la meilleure interprétation féminine est allé à Ilaria Occhini pour Mar Nero de Federico Bondi.

Le Léopard pour la meilleure interprétation masculine a été remis à Tayanç Ayaydin pour le film The Market – A Tale of Trade de Ben Hopkins. Et deux mentions spéciales à Liu Mang De Sheng Yan (Feast of Villains) de Pan Jianlin et Daytime Drinking de Noh Young-Seok.

Pour la Compétition Cinéastes du présent, le Léopard d’or est allé à La Forteresse de Fernand Melgar.

Le Prix Spécial du Jury est allé à Alicia En El País de Esteban Larraín. Et une mention spéciale à Prince of Broadway Sean Baker.

Le Léopard de la première œuvre est allé à März de Händl Klaus.

Et finalement (je vous l’avais dit, la liste est moins longue…), le Prix du Public est allé au très sympathique Son of Ranbow de Garth Jennings.

Sur la photo, le grand gagnant de la soirée, Enrique Rivero.

Bookmark and Share
© FOTOFESTIVAL / DAULTE

And the winners are…

Après exactement 11 jours de festival, 11 jours de compétition, les gagnants de cette 61e édition sont enfin connus. C’est par la cérémonie de clôture que le public a pu connaître les noms des vainqueurs. C’est même par deux cérémonies…
La première a eu lieu à 16h au Forum du festival. Ce sont les jurys parallèles qui ont remis leurs prix, dont voici les lauréats, dans l’ordre…

Le Prix du Jury Œcuménique à Mar Nero de Federico Bondi, avec une mention spéciale à Yuriev Den (Yuri’s Day) de Kirill Serebrennikov.

Le Prix de la critique internationale, le Prix FIPRESCI (Fédération Internationale de la Presse Cinématographique), a été décerné à Parque Vía de Enrique Rivero.

Le Prix Art & Essai CICAE (Confédération Internationale des Cinémas d’Art & d’Essai) a été décerné à Sonbahar (Autumn) de Ozcan Alpers.

Le Prix Netpac (Réseau pour la promotion du cinéma asiatique) à Daytime Drinking de Noh Young-Seok.

Le Prix du Jury des jeunes se décline quatre prix. Le premier prix est allé à Yuriev Den (Yuri’s Day) de Kirill Serebrennikov. Le second à 33 Sceny Z Zycia (33 Scenes from Life) de Malgoska Szumowska. Le troisième s’en est allé à Mar Nero de Federico Bondi. Et le dernier prix, le Prix « L’environnement, c’est la qualité de la vie » a été remis à Sleep Furiously de Gideon Koppel.

Le Prix FICC / IFFS (Fédération Internationale des Ciné-clubs) a été remis à Yuriev Den (Yuri’s Day) de Kirill Serebrennikov.

Le Prix « Cinema e Gioventù » - Léopards de demain, comme le Prix du Jury des jeunes, s’est décliné en plusieurs prix. Pour la compétition internationale, le prix du meilleur court métrage est allé à Babin de Isamu Hirabayashi, avec une mention spéciale à Ciobanul Sburator de Catalin Musat.
Et pour la compétition nationale, le prix du meilleur court métrage est allé à Au Café Romand de Richard Szotyori, avec une mention spéciale à La Délogeuse de Julien Rouyet.

Les Léopards de demain ont également été remis à beaucoup de films. Pour la compétition internationale, le Pardino d’or est allé à Dez Elefantes de Eva Randolph. Le Pardino d’argent est allé à Kaupunkilaisia de Juho Kuosmanen. Le Prix Film und Video Untertitelung est allé à Babin de Isamu Hirabayashi. Et une mention spéciale a été attribuée à Resolution de Pavel Oreshnikov.
Pour la compétition nationale, le Pardino d’or est allé à La Délogeuse de Julien Rouyet. Le Pardino d’argent est allé à Un Dia Y Nada de Lorenz Merz. Le Prix « Action Light » pour le meilleur espoir suisse est allé à Au Café Romand de Richard Szotyori. Et une mention spéciale a été décernée à Im Wenderkreis Des Bären de Ciril Braem.

Et finalement, le Prix SRG SSR idée suisse / Semaine de la critique s’en est allé à Latawce (Kites) de Beata Dzianowicz.

Sur la photo, le réalisateur de Mar Nero Federico Bondi, en présence du Jury des jeunes, pour les long-métrages.

Bookmark and Share

Jaqueline Veuve, une des plus grandes figures du cinéma documentaire en Suisse, revient cette année à Locarno avec son dernier film, Un Petit Coin de Paradis..., présenté dans la section Ici & Ailleurs. Elle nous explique tout d'abord la raison de son attachement au genre du documentaire. Au fait, quelle est la place du scénario dans vos films?

Armée de sa caméra, Jaqueline Veuve suit l'évolution de la réhabilitation du village d'Ossona en Valais par un groupe de jeunes d'une institution. Le projet est suivi de près par des "anciens" du village qui transmettent aux jeunes ouvriers leurs souvenirs.

Aujourd'hui, le projet a été officiellement inauguré et les jeunes ont pour la plupart trouvé du travail. Des chambres d'hôte y ont été créées, avec repas chez l'agriculteur. Plus d'infos ici sur le site officiel.

Bookmark and Share
© FOTOFESTIVAL / DAULTE

C'est comme d'habitude en direct de Locarno que nous vous faisons partager cette journée. Journée chargée en interviews, que vous pouvez écouter en intégralité dès aujourd'hui.

Comme vous vous en doutez, à part des interviews, nous avons évidemment vu des films, à l'abri des salles, comme sous un ciel menaçant, qui s'est pleinement fait plaisir durant la projection sur la Piazza Grande, en arrosant le peu de personnes présentes...

Résumé du jeudi 14 août

A noter, avant la projection sur la Piazza Grande, un léopard d'or à été remis à Christine Vachon, productrice de films indépendants américains, pour l'ensemble de son oeuvre. Sur la photo, elle est en compagnie de Frédéric Maire, directeur du festival.

Bookmark and Share
Les posts moins récents

Denis Rabaglia, © FOTOFESTIVAL / DAULTE
Interview de Denis Rabaglia Marcello, Marcello, LE film qui résume le cinéma européen actuel. Produit par une maison allemande, réalisé par un Valaisan, tourné en Italie, avec des acteurs italiens, le dernier opus de Denis Rabaglia respire la joie et la bonne humeur. Il raconte l'histoire de Marcel... lire la suite...
© FOTOFESTIVAL / PEDRAZZINI
Rambo s'invite à Locarno Son of Rambow est le dernier film à avoir été produit par la Hammer & Tongs, maison de production de Garth Jennings, réalisateur, et de Nick Goldsmith, producteur. Le film a été présenté hier soir sur la Piazza Grande, en leur présence. Découvrez dans une première partie... lire la suite...
© Fotofestival / Ti-Press / F. Agosta
Interview de l'un des membres du jury international Dani Levy est un réalisateur suisse et, cette année, l'un des membres du jury international du festival. Dans une première partie, découvrez qui est Dani Levy, ainsi que son rapport avec le cinéma suisse. Vous vous êtes déjà demandé ce que faisai... lire la suite...
Affiches de films
Mon cher camarade Toni est enfin arrivé à Locarno, je commençais à désespérer sous la montagne de travail... Hier, malgré quelques gouttes pendant la projection in Piazza de Son of Rambow suivi du film culte de Nanni Moretti Palombella Rossa, le temps était sec. Réjouissez-vous, dans les prochains j... lire la suite...
Piazza Grande
Cinema e gioventù, un projet mis sur pied il y a près de 50 ans par le département cantonal de l'éducation tessinois pour promouvoir le cinéma auprès des jeunes. Il offre la possibilité à 35 jeunes entre 17 et 21 ans de suivre le Festival de Locarno de l'intérieur. Rencontre avec trois membres du ju... lire la suite...
Piazza Grande
C'est sous la pluie que s'est déroulée cette septième journée ici à Locarno. Du côté de l'ambiance, on sent une ferveur qui croit de jour en jour. Le nombre de journalistes présents ne cesse de grimper, on se croirait à la bibliothèque de la Riponne à 8h en pleine session d'exas. C'est la course aux... lire la suite...
Conférence de presse
Le Festival International du Film de Locarno célébrait aujourd'hui le cinéma suisse. L'office fédéral de la culture emmené par Nicolas Bideau avait préparé en grande pompe une journée spéciale, à grands renforts de conférences de presse, remise de prix et cocktails. A noter aujourd'hui, dans le cad... lire la suite...
Salle de presse
Après près d'une semaine de beau temps, de chaleur et de soleil, la pluie est arrivée sur Locarno. Les projections in Piazza ont bien eu lieu, mais doublées par des projections en salle... Il était temps de vous montrer mon havre de paix ici à Locarno, d'où je vous tient au courant des dernières nou... lire la suite...
Denny et Victor
Déjanté! Après le fabuleux Fight Club, Chuck Palahniuk nous revient avec un dernier roman, Choke. Aussitôt séduit par le texte, Clark Gregg décida d'adapter ce roman au cinéma. Le film du même nom, présenté sur la Piazza Grande samedi soir est un chef d'oeuvre du genre, impertinent et dérangeant. E... lire la suite...
Philipp Stölzl, © FOTOFESTIVAL / PEDRAZZINI
Eh oui, une super-production européenne! Je parle bien évidemment du film Nordwand, du réalisateur allemand Philipp Stölzl. Son film raconte l'ascension de la face Nord de l'Eiger par deux alpinistes allemands, aventure relatée par les dirigeants allemands du IIIème Reich qui désirent montrer la sup... lire la suite...

Les posts encore moins récents...

Le RSS des festivals

Ne ratez pas une chronique de nos festivaliers et restez informés sur les festivals de cet été avec notre fil RSS. Abonnez vous à l'adresse suivante :

l'ÉTÉ tout en FESTIVALS

Les podcasts des festivals
Les podcasts des festivals

Vive l'été

Share on Facebook