frequencebanane.ch
Festival Archipel: Corps Étrangers

Corps étrangers: Soirée patchwork-performances vocalo auditives

Ce dimanche j'ai pu assister à la performance tenue à la White Box du Grütli.

On y est accueillis par par deux installations vidéos aux couleurs sombres et intriguantes. On y discerne des ambulances, des flammes, des accidents, un fracas visuel que les jeux de lumièresau-travers de la typographie troublent pour le lecteur. Deux texted, l'un relatant l'expulsion d'un clandestin par les forces de police, l'autre retracant l'explosion qui a conduit un soldat à perdre son ouie et la parole.

Divisé en cinq parties, les acteurs alternent leur paroles comme des musiciens echangeraient leur partition en cours de route.
La premiere performance voit  Caroline Bergvall, Vincent Barras et Jacques Demierre articuler des sons qui au cours de leur lecture à trois voix, vont annoncer le vol du mot composé par l'acteur précédent. Sans s'attarder sur le sujet-même du texte

Le duo Barras-Demierre enchaine ensuite sur une performance bruitée qui reproduit le schéma précédent ou les deux performeurs propulsent des onomatopées constantes qui une fois arrivées à la fin du soufle de l0un est récupéré par le suivant et ce, pendant près de 10 minutes. Tout autant, leurs voix, le souffle et un rythme soutenu permettent aux deux performers de rester cohérents et en aucun cas rébarbatifs dans leur action.

S'ensuit une partie que l'on pourrait nommer d'orchestrée, en effet c'est sous la conduite d'un des perfomers précedants que l'ensemble de l'Encyclopédie de la parole vient interpréter une pièce sonore de textes.
Le chef d'orchestre donne et reprend les mots soufflés et parlés par les interprètes. Divisés en couples, chacunes de leur voix appuie le texte de sussurations, de bruitages et d'onomatopées. Il est assez fascinant de voir ces acteurs jouer un texte comme un ensemble de musique contemporaine, mais le plus souvent on se perd à apprécier la performance plus que le texte lui-même. Si vous veniez a me demander de quoi il s'agissait, je ne saurais le dire.

La pièce suivante voit tous les performers attablés, à boire et à articuler des débuts de phrases, à entamer des conversations sans les aboutir, comme dans un temps en suspens. On se serait cru dans un interlude, à la "En attendant Godot" si je puis me permettre. Un partie que peut-être certains auraient qualifiés d'obsolète mais qui prend tellement de sens quand on considère tous les mots perdus dans des discussions "small talk".

La dernière performance réitère le schéma de la tierce, toutefois en changeant de disposition les acteurs, et ponctue, si cela était encore nécessaire un soirée riche en expériences. Dans son entiereté, la soirée s'est révélée plus qu'intéressante, elle permettait de découvrir un art "parlé" qui reste d'un certaine manière encore discret, Il ne tient qu'au public d'aller chercher ce genre d'évènement, voire même d'aller chercher la discussion avec les artistes ( ce que votre serviteur n'a pas fait, mea culpa) pour mieux saisir la porté de la performance.

WWW.ARCHIPEL.ORG

Le Miles Davis Hall s'enflamme avec sa soirée hip-hop, pour mieux renaître de ses cendres l'année prochaine...

Greis, starte le feu. Pas très grand, ni très baraque, il le dit lui-même dans un de ses chansons: Si j'étais une meuf, à force de ne pas faire de sport, je ressemblerais à la pouffe du village, dès qu'il ouvre la bouche pour rapper, le foyer s'embrase et le public est chaud.

 

C'est Saigon qui entretient à merveille le feu, pour passer la torche-relais à Just Blaze, qui, tout feu, tout flamme, échauffe les corps les plus froids depuis ses platines. C'est finalement EPMD, qui met l'huile sur le feu et enflamme le Miles à coup de gros bon hip-hop from USA.

 

Pour vous y téléportez, suivez le lien, comme des petits chiens :)

Bookmark and Share

Cette 42ème édition se termine en feux d'artifice avec Deep Purple

C'est en toute beauté que se termine cette édition du Montreux Jazz Festival. Après deux semaines surchargées de concerts, de courses à droite, de courses à gauche, de peu de sommeil, mais avec la tête toute pleine de souvenirs, nous pouvons tirer un bilan de cette édition 2008 ; ceci, c'est ce que nous avons pu tirer de la dernière conférence de presse.

Et le bilan que l'on a tiré à chaud avec Camille, qui venait tout juste de sortir du concert des Deep Purple et qui était encore sous le choc. Nous avons voulu remercier toutes les personnes qui nous ont permis de mener ce blog à bien, mais nous remercions également tous les lecteurs et les auditeurs qui nous ont suivi tout au long de ces deux semaines. Nous remercions toute l'équipe de Fréquence Banane, contrairement à ce que l'on dit dans le podcast… Donc un grand merci à Linda, Julie, Jeanne, Laure, Pablo, Camille, Jérôme et Toni.

Nous vous donnons tous rendez-vous l'année prochaine!

Bookmark and Share

Beaucoup de belles choses également du côté du festival off pour cette 42ème édition du Montreux Jazz. Nous avions accueilli Green Fairy (groupe de rock lausannois qui s'est produit sur la scène Music in the park) lors de la première émission spéciale Montreux jazz, nous clôturons cette série avec Larytta.

Interview du duo lausannois passionné d'électro, quelques heures avant son concert du 16 juillet au MDH Club. L'ambiance est plutôt détendue...

 

Bookmark and Share

Juste avant le concert de Marcus Miller, devant l’entrée, les billets pour le premier rang se vendaient à 700 francs. Tout au long du festival les vendeurs de billets au marché noir était à cet endroit. Comme tous les autres grands festivals, Montreux n’échappe pas au marché noir. Une pratique mal vue par les autorités, elle est pourtant tolérée et fait même partie du festival. Expérience faite : quand on demande un billet au guichet pour une soirée « sold out », la personne derrière le comptoir nous redirige directement vers ces revendeurs.

Pour ce qui est d’avoir l’avis de la sécurité du festival ou de la police, c’est dans les deux cas le même discours : « seul le responsable peut répondre à des questions pour les médias ». Et ceci quelque soit la nature de la question. Les responsables seront, bien évidemment trop occupés pour répondre ou tout simplement introuvable. Voici un témoignage de deux vendeurs de billets au marché noir.
 
Petite précision concernant la légalité de cette pratique : Une des question posée aux revendeurs affirme que le marché noir est illégal aux yeux de la loi suisse. Ce n’est pas tout à fait le cas en réalité. Il n’existe aucune base légale qui interdit à quelqu’un de revendre son billet. Tout dépend du tarif. Seuls des tarifs trop élevé peuvent constituer un délit.
Bookmark and Share
Marcus Miller au MJF
Marcus Miller s'est produit vendredi soir a l'Auditorium Stravinski

Le publique a d’emblée été emballé par le bassiste qui pourtant ne jouait pas avec son groupe habituel. Sur le programme on pouvait lire en gros qu’il y aurait DJ Logic en invité spécial. Mais le DJ est étrangement resté en retrait et n’a jamais vraiment apporté quelque chose aux morceaux. Celui qui a surtout retenu l’attention du public fut le saxophoniste. Alex Han, un nom à retenir. Après deux solos endiablés, il avait déjà conquis la salle. Une admiration qui dédoubla quand Marcus Miller annonça que ce jeune homme n’a que 20 ans.

Marcus Miller a fait beaucoup de reprises ce soir. Mais des reprises bien à lui puisque dans chacuns des morceaux qu'ils soient de lui, ou pas, la basse joue un rôle spécial. Elle est mise en avant et est jouée comme un instrument de soliste. Marcus Miller était l'un des premiers bassiste a utiliser l'instrument dans ce sens là. Et a montrer que les bassiste, trop souvent relegué au second plan, pouvaient aussi jouer les vedettes.
Bookmark and Share
Les posts moins récents

Retour dans le temps au Parc Vernex Ce soir, Music in the Park accueille le groupe suisse Time Machine. Découvrez, ou plutôt, redécouvrez le disco-funk et la soul des années septante et huitante. Ils sont sept sur scène, quatre musiciens et trois chanteuses, pour nous faire revivre les plus grands... lire la suite...
Beaucoup de suspens hier soir autour du concert de Babyshambles. Pete Doherty donnera-t-il son concert, sera-t-il là ? Et bien oui, il était là et pile à l'heure! Une petite pointe de doute a  subsisté jusqu'au bout hier soir dans la tête des fans qui attendaient le groupe anglais depuis plusieurs... lire la suite...
Pete Doherty : viendra-t-il ? La star du rock anglais connue tant pour ses talents musicaux que pour ses excès en tout genre est attendue ce soir pour un concert (le seul des festivals suisses de l'été) au Miles Davis Hall. Le hic : le chanteur est également célèbre pour avoir annulé de nombreux co... lire la suite...
© Marc Schellenberg © Montreux Jazz Festival Foundation
D'accord. Dan McCafferty a les cheveux gris, il est flanqué d'une chemise loin du blouson de cuir du bad boy. Ils ne sont plus que deux, avec Pete Agnew (basse), du groupe d'origine. Les autres sont partis vers d'autres cieux, au sens littéral comme figuré, et du sang neuf permet de maintenir Nazare... lire la suite...
- Qu'est-ce que tu vas voir à Montreux? - Ben, j'y bosse en fait... Généralement, tout de suite après, les personnes qui travaillent en tant que staff au MJF assurent qu'elles ont le temps et la possibilité d'aller voir les concerts... J'ai rencontré Eugenia, qui bosse au Media Center (le point pr... lire la suite...
Herbie Hancock
Y a-t-il encore du jazz au Montreux Jazz Festival ? Cette question qui peut paraître étrange est pourtant tout à fait légitime. Au vu des nombreuses soirées blues, rock, brésiliennes, électro et même reggae seul le jazz manque à l’appel. Un comble pour un festival de jazz !!! A croire que le s... lire la suite...
Milton Nascimento et le Trio Jobim ensemble sur scène Tous les superlatifs ont été utilisés pour décrire Milton Nascimento. Le Roi de la musique brésilienne, aussi appelé « Le Pharaon du Brésil » a une carrière de Titan. Sa voix unique frise ce qu'on peut s'imaginer par « perfection ». Un coffre ex... lire la suite...
João Bosco a eu son heure de gloire dans les années 80, en tant que grand chansonnier. Les Brésiliens de notre génération ont grandi avec lui et connaissent par coeur les paroles de ses chansons. Hier au Miles Davis, filles et garçons criaient son nom et ne voulaient pas le voir partir. L'intervi... lire la suite...
© Lionel Flusin © Montreux Jazz Festival Foundation
Après mon interview manquée de Mart'nalia et l'interview par procuration d'Elba Ramalho, je suis retourné au Stravinsky et suis tombé au milieu du concert de Gilberto Gil, qui est un grand monsieur de la musique brésilienne. Il est entre parenthèse ministre de la culture du Brésil. Je me suis d'aill... lire la suite...
© Lionel Flusin © Montreux Jazz Festival Foundation
Je vais maintenant vous raconter comment je n'ai pas interviewé Mart'nalia. Et oui, j'avais prévu d'interviewer l'artiste brésilienne. Mais 1ère surprise: elle ne parle pas anglais, donc il faut l'interviewer en portugais. Je tente désespérément de chercher un interprète samedi après-midi, et ne tro... lire la suite...

Les posts encore moins récents...

Le RSS des festivals

Ne ratez pas une chronique de nos festivaliers et restez informés sur les festivals de cet été avec notre fil RSS. Abonnez vous à l'adresse suivante :

l'ÉTÉ tout en FESTIVALS

Les podcasts des festivals
Les podcasts des festivals

Vive l'été

Share on Facebook