frequencebanane.ch
Festival Archipel: Corps Étrangers

Corps étrangers: Soirée patchwork-performances vocalo auditives

Ce dimanche j'ai pu assister à la performance tenue à la White Box du Grütli.

On y est accueillis par par deux installations vidéos aux couleurs sombres et intriguantes. On y discerne des ambulances, des flammes, des accidents, un fracas visuel que les jeux de lumièresau-travers de la typographie troublent pour le lecteur. Deux texted, l'un relatant l'expulsion d'un clandestin par les forces de police, l'autre retracant l'explosion qui a conduit un soldat à perdre son ouie et la parole.

Divisé en cinq parties, les acteurs alternent leur paroles comme des musiciens echangeraient leur partition en cours de route.
La premiere performance voit  Caroline Bergvall, Vincent Barras et Jacques Demierre articuler des sons qui au cours de leur lecture à trois voix, vont annoncer le vol du mot composé par l'acteur précédent. Sans s'attarder sur le sujet-même du texte

Le duo Barras-Demierre enchaine ensuite sur une performance bruitée qui reproduit le schéma précédent ou les deux performeurs propulsent des onomatopées constantes qui une fois arrivées à la fin du soufle de l0un est récupéré par le suivant et ce, pendant près de 10 minutes. Tout autant, leurs voix, le souffle et un rythme soutenu permettent aux deux performers de rester cohérents et en aucun cas rébarbatifs dans leur action.

S'ensuit une partie que l'on pourrait nommer d'orchestrée, en effet c'est sous la conduite d'un des perfomers précedants que l'ensemble de l'Encyclopédie de la parole vient interpréter une pièce sonore de textes.
Le chef d'orchestre donne et reprend les mots soufflés et parlés par les interprètes. Divisés en couples, chacunes de leur voix appuie le texte de sussurations, de bruitages et d'onomatopées. Il est assez fascinant de voir ces acteurs jouer un texte comme un ensemble de musique contemporaine, mais le plus souvent on se perd à apprécier la performance plus que le texte lui-même. Si vous veniez a me demander de quoi il s'agissait, je ne saurais le dire.

La pièce suivante voit tous les performers attablés, à boire et à articuler des débuts de phrases, à entamer des conversations sans les aboutir, comme dans un temps en suspens. On se serait cru dans un interlude, à la "En attendant Godot" si je puis me permettre. Un partie que peut-être certains auraient qualifiés d'obsolète mais qui prend tellement de sens quand on considère tous les mots perdus dans des discussions "small talk".

La dernière performance réitère le schéma de la tierce, toutefois en changeant de disposition les acteurs, et ponctue, si cela était encore nécessaire un soirée riche en expériences. Dans son entiereté, la soirée s'est révélée plus qu'intéressante, elle permettait de découvrir un art "parlé" qui reste d'un certaine manière encore discret, Il ne tient qu'au public d'aller chercher ce genre d'évènement, voire même d'aller chercher la discussion avec les artistes ( ce que votre serviteur n'a pas fait, mea culpa) pour mieux saisir la porté de la performance.

WWW.ARCHIPEL.ORG

Si j'entonne encore la triste complainte des Doors, c'est parceque cette fois, le festival est terminé. Demain dimanche, c'est Caribakids, spécial pour les enfants pendant tout l'après-midi. En ce qui me concerne, je vais plutôt dormir et me ressasser tous les souvenirs accumulés en 4 soirs de festival. Il se fait tard et je n'ai pas spécialement le courage d'écrire tout ce que j'ai à dire sur cette fin de Caribana, c'est pour ça que nous vous avons enregistré un petit bilan final. Et comme vous le savez, Caribana c'est aussi un staff (officiel bien sûr avec tous les responsables) mais également le staff des bénévoles, pour la plupart étudiants comme nous. Voici leur bilan à eux, Midiya du stand Information et Niko (déjà-vu lui) du Surf Bar ! Merci à tous d'avoir lu ce blog, merci à ceux qui ont fait des commentaires par mail ou de vive voix, et à bientôt pour de nouvelles aventures ! Ciao

Bookmark and Share

Elle transcende la scène du lac. A priori, peu de gens la connaissent. Issue du Caribana Contest (groupes en compétition, choisis par le vote des internautes), Laure Perret affronte l'une de ses plus grandes scènes. Entre piano et guitare, elle emballe le public de sa voix, le tout en anglais, s'il vous plaît. Je n'ai malheureusement pas le temps d'assister à l'entier de son concert. En arrivant au festival, je n'avais pas prévu non plus de la rencontrer. Pour être honnête, quand on m'a proposé de l'interviewer, je ne savais pas vraiment de qui il s'agissait. J'attendais dans la tente presse quand une jeune fille fort sympathique est arrivée, un peu surprise apparemment de jouer au Caribana. Son concert vient de se finir. À peine le temps de souffler et déjà harcelée par la presse... Un avant-goût de la célébrité ? En tout cas, en ce qui me concerne, probablement une artiste à guetter ces prochaines années, une fois son premier album enregistré. On s'assied, je sors mon micro, c'est parti.

Bookmark and Share

L'euro 2008. Vous pensiez y échapper en vous rendant au Caribana. Raté. Figurez-vous que le festival a pris des mesures importantes. Aucun concert pendant la durée du match d'ouverture. Qu'il en soit ainsi. Le match est diffusé sous "la grande tente" comme je l'appelle. Un endroit où les tables s'alignent, où les festivaliers aiment venir manger et s'abriter de la pluie. Cette après-midi, l'ambiance est différente. Les yeux rivés sur les deux télévisions géantes HD, les festivaliers se griment aux couleurs de la Nati. On ne pense plus musique, on oublie provisoirement le programme de la soirée pour ne fixer que le ballon. Malheureusement, le score est sans appel. 1-0 pour la République Tchèque. Du côté de Caribana, on peut résumer rapidement l'ambiance de trois manières : celle-ci, celle-là, et enfin, ça. Bref, l'espoir y est, mais en résultat, c'est une amère déception qui s'empare des festivaliers. Patrice, qui passait par là, nous donne ses impressions sur l'incursion de l'Euro entre les concerts. Au final, Alex Frei quitte le jeu rapidement, tout comme le foot sort assez vite de l'esprit des gens sur place, pour finalement rendre la vedette à l'unique raison d'être du Caribana : la musique.

Bookmark and Share

C'est à cela qu'elle ressemble en tout cas sur scène. En combinaison de cuir moulant, elle enchaîne les riffs saturés à la guitare. Un poil névrosée lorsqu'elle s'adresse au public, elle ne rebute cependant pas les festivaliers. Katrine Gierak, alias Mademoiselle K est bel et bien là. Niveau présence, on ne peut faire mieux pour ouvrir les feux sur la grande scène, histoire de conclure, dans un feu d'artifice rock 'n' roll, un festival déjà haut en couleur. Rencontrée une heure avant son concert, Katerine se livre, dans une simplicité et un charme qui se font rare chez les artistes.

Bookmark and Share

Qu'on se le dise, la météo ne va pas en s'améliorant avec les jours. Mercredi, légère pluie pendant quelques minutes et ciel gris très lourd. Jeudi, pluie continue mais assez fine, peu dérangeante. La température était déjà plus froide. Ce soir, grosse pluie qui ne s'arrête pas, températures glaciales, bref, l'horreur. Pour demain, les mauvaises langues parlent de températures aux alentours des 9°...brrrr... Pourtant, une chose qu'il est toujours intéressant de constater, c'est que les aléas de la météo ne semblent pas perturber les fans. À l'image de cette demoiselle, qui n'a pas hésité à braver la pluie et le froid polaire pour assister au concert de "Paaaaaatriiiiiice". Aaaah jeunesse téméraire quand tu nous tiens. Moi je suis congelé... un petit bain chaud, ça serait pas de refus !

Bookmark and Share
Les posts moins récents

Je ne sais pas d'où ils sortaient lorsque je les ai rencontré. Il était tard, j'étais en train de quitter le festival pour rentrer chez moi et travailler sur le blog quand je les ai vu arriver. Ils formaient un drôle de couple, bouteilles et canettes en mains, détrempés par la pluie qui se fa... lire la suite...
Décidément, je vais devenir un habitué des lieux. Retour dans le backstage malgré un accueil de la sécurité plutôt froid à mon égard. Normalement je ne suis pas accrédité pour errer entre les loges des artistes. Je ne suis sensé m'y rendre qu' accompagné d'un responsable (comme c'était... lire la suite...
Déjà deux soirées écoulées sur quatre, il est temps de tirer un bilan à mi-chemin (enregistré à "La plage", voir la photo ci-contre). En ce qui nous concerne vous le verrez, tout se passe plutôt pas mal mais il reste quand même du boulot pour ces deux prochains jours. Restez branchés sur ... lire la suite...
Dans un festival, s'il y a bien un endroit sacré, c'est le backstage. Je ne pensais pas y rentrer de si tôt, mais commençons par le commencement. Mon interview sur le vif de Simple plan, que vous pouvez écouter ici, n'a pas été appréciée du service de presse du festival. "Tu dois passer par ... lire la suite...
Alexandre et sa copine au Caribana
Il se faisait tard. J'avais rendez-vous avec Julie devant "le chinois" (le stand de nourriture asiatique). Et d'un coup, je croise du regard un visage que je connais. Alexandre est étudiant à l'EPFL. Ce soir, il est venu avec sa copine (photo ci-contre), histoire de passer une soirée sympa. Si à... lire la suite...
Quand on se promène dans un festival, on croise beaucoup de gens. Certains passent inaperçus, d'autres sont facilement remarquables. Certains font peur, d'autres font rire. Pendant que je me cachais dans la fosse au pied de la grande scène pour jouer les photographes (pensez à aller consulter la... lire la suite...
Grosse erreur de ma part que d'avoir réduit le Surf Bar à la simple marque de boisson qui le soutient ! En tout cas, l'un des barmans que nous avons interrogé (attention mesdemoiselles, ils sont tous profs de ski et snowboard à l'ESS de la Dôle), Niko de son prénom, a quand même accepté de r... lire la suite...
Non, ce n'est pas un fantasme. C'est en résumé ce dont nous parle Joël, étudiant et, pour l'occasion, bénévole au stand d'information du Caribana Festival. Il aura fallu se battre d'ailleurs à ce stand information pour espérer avoir quelques explications. Joël était plutôt stressé à l'i... lire la suite...
S'il y a des choses que l'on apprend lors de ce premier soir de Caribana, outre le fait que mon enregistreur sera mieux réglé ces prochains soirs, c'est que la sortie de la zone presse rejoint la sortie des backstages. Cela donne lieu parfois à des rencontres inattendues, comme ici avec les music... lire la suite...
Le terrain de Caribana avant l'ouverture
Ahlalala chers amis, si j'entonne la triste complainte des Doors, c'est parceque figurez-vous que cette première soirée du Caribana fut quelque peu chaotique. Entre un début sous les nuages gris et la pluie (voir la photo ci-contre prise avant l'ouverture) et les pieds dans la boue, un milieu de ... lire la suite...

Les posts encore moins récents...

Le RSS des festivals

Ne ratez pas une chronique de nos festivaliers et restez informés sur les festivals de cet été avec notre fil RSS. Abonnez vous à l'adresse suivante :

l'ÉTÉ tout en FESTIVALS

Les podcasts des festivals
Les podcasts des festivals

Vive l'été

Share on Facebook