frequencebanane.ch

Le NIFFF, encore une abréviation où triomphe la consonne. C’est bien un des rares endroits où la consonne est maitresse.

Et si...

Dans les mots croisés ce sont les voyelles qui nous font avancer, enfant ce sont les premières prononcées, elles rythment les onomatopées, régissent la poésie et sont pour la plupart connues de tous.

Les consonnes sont aux voyelles ce qu’est le film fantastique à l’univers cinématographique.

Longtemps renié, traité comme genre secondaire, populaire, voire inconsistant. Il en est son fondement.

Le NIFFF célèbre le genre, le rétablit, l’élève et nous le fait découvrir.

En quoi consiste le film fantastique ? Utopie, dystopie, rêve, cauchemar, post-apocalypse, extra-terrestre, futur, avenir, robot, horreur, folie… ?

Le fantastique explore et tente de répondre à l’interrogation: « Et si… ? ».

Et si un homme de couleur naissait dans un monde en noir et blanc ?

Et si un schizophrène arrêtait de prendre ses médicaments ?

Et si la Suisse avait ses propres Ghostbusters ?

Et si le monde, comme nous le connaissons, disparaissait, que/quoi/qui restera?

Voilà, quatre possibilités que le NIFFF accueille sur ses écrans. Et encore vous n’avez encore rien vu ! Car, dîtes vous que pour sa 15e édition se tiendront pas moins de 157 projections !

157 !

Autant dire qu’il me sera physiquement impossible de les voir toutes!

« Et si…un festivalier regardait, en l’espace de 9 jours, plus de 150 films soit, sachant qu’un film dure en moyenne 90 minutes et une journée 24 heures, 235 heures de projection sur 216 heures de festival! »

Et oui, le NIFFF c’est aussi une expérience à part entière où ton teint devient livide, tes yeux rougissent, tes fesses grossissent, ton horloge biologique se dérègle, tes cauchemars deviennent réalité, tes membres ramollissent et ton imagination décuple. Tu mutes, tu dégénères, tu te décomposes, tu deviens l’inspiration pour les prochains films fantastique à venir.

Le NIFFF, c’est osé et décalé. Les émotions te transpercent facilement. L’homme et son monde sont détruits, anéantis, dépecés et recomposés sans relâche. Il est souvent facile de perdre pied lors des projections.

Suivez-moi dans les sombres salles de cinéma et venez célébrer ce genre frontalier et déjanté qu’est le film fantastique…

Et si…

Bookmark and Share
Commentaires

Cet article n'a pas encore de commentaire.

 
Ajoutez un commentaire :
Nom:
E-Mail:
Commentaire: