frequencebanane.ch

De retour à Montréal pour les FrancoFolies 2015, le collectif français présentait leur second album « Vieux Frères - Partie 2 » au Métropolis mardi 16 juin aux côtés de Feu! Chatterton et Grand Blanc.

Il y a entrevue et entrevue. Celles que l’on fait par curiosité, par passion, par envie, par défaut (rarement). Et puis il y a FAUVE. Ma plus belle rencontre depuis Grand Corps Malade l’été passé aux FrancoFolies de Montréal. Le genre d’entrevue pour laquelle tu stresses, pas par peur mais plutôt par excitation. Animée par une envie de bien faire, de poser les bonnes questions, de surprendre, puis d’être surprise à mon tour, d’obtenir des réponses intéressantes.

Mardi 16 juin, 13h, bien préparée, un peu nerveuse, je m’engouffre dans les backstages sombres du Métropolis. On me confie à deux des membres de FAUVE qui se présentent au micro comme « Fauve » et « Fauve ». L’entrevue commence, et c’est parti. 37 minutes plus tard, je n’ai pas vu le temps passer, le naturel a pris le dessus, et c’est en coupant l’enregistreur que je réalise à quel point cela n’avait rien d’une entrevue classique.

PARTIE 1 - L’introspection

J’ai commencé l’entrevue en leur expliquant qu’ils étaient mon album de voiture par excellence. L’été passé, j’écoutais FAUVE en boucle en allant au Paléo, le matin en route pour nos émissions, l’après-midi pour les concerts et la nuit en rentrant chez moi. J’écoutais FAUVE en voiture le mois passé en allant en Gaspésie avec les plus beaux paysages du Québec devant moi. Ils ont trouvé la remarque intéressante puisqu’ils ont écrit la plupart des morceaux des deux premiers albums en étant eux-mêmes sur la route, en tournée dans des vans ou des camions. Disons que, tout comme eux, durant ces moments propices à l’introspection, on aime se plonger dans les paroles, les mélodies et la rythmique de FAUVE qui se marient si bien avec ces instants-là.

Lorsque je leur demande ce qu’on lira dans les médias demain au sujet du concert de FAUVE ce mardi soir, ils répondent en plaisantant: « Fauve déçoit ». Puis nous explique leur légère frustration lorsqu’ils jouent de l’autre côté de l’océan puisqu’ils ne peuvent pas tout emmener dans l’avion et doivent se contenter de l’essentiel. J’ai même eu le droit à mon compliment préféré à la fin de cette première partie « Ce sont des questions intéressantes dont on n’a pas l’habitude ».

PARTIE 2 - Une vie normale

Nous avons eu une conversation sur le fait de mener une « vie normale ». Selon eux, ils n’ont pas changé leur façon de vivre. En dehors des deux heures de concert où ils sont sur scène, ce qu’ils vivent le reste du temps n’est pas si différent de ce que vivent leurs amis. Personne ne les arrête dans la rue, ils ne prennent pas de drogue, ne passent pas le week-end avec Matthieu Chedid ou Stromae. Là, c’est le moment où j’ai ri intérieurement, ayant moi-même passé une bonne partie du week-end avec la famille Chedid. J’ai bien aimé leur justification d’une « vie normale ». Selon eux, les moments exceptionnels, ceux passés avec les membres d’un groupe dont on serait fan par exemple, ne sont exceptionnels que dans la mesure où ils ne deviennent pas une habitude. Comme les vacances, puisque ce n’est pas quelque chose de normal, c’est moins grave quand on les laisse derrière soi. Tout ça pour dire que FAUVE risque de s’arrêter après cette tournée. Rien n’est certain, mais ils savent déjà que cela ne durera pas quinze ans.

Après leur avoir demandé quel est le dernier évènement culturel non musical auquel ils ont participé, nous mettons en commun nos souvenirs de concerts pluvieux. Leur concert le plus marquant, en Suisse à Festi’Neuch, où les projecteurs en plein air éclairaient la pluie avec un côté féérique, un peu magique. Ils ont adoré ce concert.

PARTIE 3 - Echange de questions

Depuis mardi, j’ai décidé d’intégrer un nouveau concept dans mes entrevues, la dernière question étant « Quelle est la question que vous souhaiteriez poser au prochain artiste que je vais interviewer ? » L’avant-dernière question serait donc celle de l’artiste précédent. FAUVE ayant été les premiers, ils n’ont malheureusement pas eu le droit à la question de l’artiste précédent. Cependant, pour bien lancer le concept, j’ai réalisé une sorte de mini sondage sur Facebook pour récolter des questions de fans à leur poser. J’en ai sélectionnées trois et ils ont adoré et longuement répondu aux trois questions.

La question de Mélanie (Glasgow) « Jusqu’où votre environnement (ville, mer, campagne), influence-t-il votre écriture ? », celle de Félicien (Lille) « Aimez-vous les gens avec des masques de tigre au Métropolis à Montréal ? » et enfin, celle de Mégane (Rouen, Montréal) « Vous préféreriez jouer les yeux bandés ou les pieds attachés ? »

Fréquence Banane retrouvera FAUVE sur scène le 25 juillet 2015 au Paléo Festival. En attendant, bonne écoute !

Bookmark and Share
Commentaires

Cet article n'a pas encore de commentaire.

 
Ajoutez un commentaire :
Nom:
E-Mail:
Commentaire: