frequencebanane.ch

On ne cesse de le répéter, Igloofest est un festival à portée internationale. Aux côtés des DJs québécois et nord-américains, nombreux sont les artistes à traverser l’Atlantique pour notre plus grand plaisir.

© facebook.com/igloofest

Week-end 1 : du 16 au 18 janvier

Les Néerlandais Lars Dales et Maarten Smeets, membres du duo Detroit Swindle et originaires d’Amsterdam sont venus donner le ton dès le premier jour du festival. Réécoutez leur set complet à l’Igloofest!

Samedi soir, le belge Kill Frenzy continuait les festivités sur la scène Sapporo aux côtés de l’américaine J.Philip (alias Jessica Philippe), tous les deux membres du label Dirtybird de Claude Von Stroke. Comme beaucoup d’artistes européens, Kill Frenzy partage une vidéo de l’Igloofest sur sa page Facebook en précisant la température (-20° en ce samedi 17 janvier 2015) et rêve déjà de renouveler l’expérience Igloo.

Week-end 2 : du 23 au 25 janvier

Les DJs allemands étaient à l’honneur la deuxième semaine, notamment Loco Dice - dont on vous a déjà parlé sur Fréquence Banane - mais aussi Robert Dietz qui remercie Igloofest sur sa page Facebook avec deux jolies photos en noir et blanc montrant la foule amassée devant la scène Sapporo vendredi 23 janvier 2015. On y apprend aussi que les deux DJs germaniques sont bons amis et se sont rendus à Toronto ensemble le lendemain de leur set à l’Igloofest pour les 15 ans de CODA.

L’évènement du samedi 24 janvier, voire de cette neuvième édition, n’était autre que le DJ danois Kölsch. La foule en délire et le staff d’Igloofest n’en revenait pas de cette performance. L’artiste a su nous transporter, petits et grands, dans son univers pendant près de deux heures. On se souviendra de la température frôlant les zéro degrés ainsi que de l’ambiance électrisante de cette soirée-là.

Samedi 24 restera « le » jour qu’il ne fallait pas manquer, en effet, le Suédois Joel Mull est venu sauver la fin de soirée après l’annulation de la performance du Suisse Deetron. Il souhaite d’ailleurs un bon rétablissement à son ami suisse tout en annonçant sa venue à l’Igloofest sur sa page Facebook. Le lendemain de son set, Joel Mull remercie lui aussi Igloofest en partageant sa vue depuis la scène.

Week-end 3 : du 30 janvier au 1er février

On retrouvait le DJ britannique John Digweed vendredi 30 janvier 2015 avant sa tournée européenne en février, notamment Zurich vendredi 13 février. En guise de remerciement, John Digweed a posté un selfie depuis la scène Sapporo avec son téléphone indiquant -17° et la légende « Wow how cold was that party last night !!! Such a great vibe thanks for having me. »

Le lendemain, samedi 31 janvier, la charmante Cassy, britannique elle aussi, s’emparait des platines avec son style house/techno. C’est un selfie sur scène avec le public en arrière plan qu’elle partageait sur Facebook une semaine après son set en souvenir de son passage à l’Igloofest.

Week-end 4 : du 6 au 8 février

Déjà le dernier week-end et c’est l’Espagnol Paco Osuna qui a ouvert les festivités vendredi 6 février. Nombreux sont les DJs qui ont du mal à en croire leurs yeux lorsqu’ils voient le public en délire malgré les températures négatives. C’était le cas de l’Hispanique qui a remercié Montréal pour cette super soirée « Igloo festival was BOOOOMB!!! Couldn’t believe all this people was dancing on the snow, much respect » - on entendrait presque l’accent espagnol à la lecture.

Samedi 7 février, encore des Anglais, toujours des Anglais avec les talentueux Midland et Paul Woolford en fin de soirée, précédés par Will Saul. Là encore, il s’agit de trois DJs qui se connaissaient avant leur arrivée au festival et qui se réjouissaient de passer la soirée ensemble à -19°.

Enfin, pour clôturer le festival en beauté, Igloofest accueillait le Suisse Luciano dimanche 8 février. Classé parmi les meilleurs DJs du monde et à l’avant-garde des genres techno et house depuis ses débuts, Luciano est né en Suisse puis a grandi au Chili. Il a fondé sa propre agence d’artistes ainsi que Cadenza Music, une bannière qui rassemble une nouvelle génération de producteurs de techno dotés d’un flair latin. Bien que la soirée fût fraîche et le public parsemé un peu partout sur le site, les festivaliers qui sont restés jusqu’au bout ont su en profiter. On y était et on se réjouit déjà pour les 10 ans d’Igloofest en 2016 !

Ce n’est peut-être pas par hasard que la Suisse a clôturé cette dernière soirée, en effet, chers amis helvètes, votre beau pays est également à l’honneur lors du festival Montréal en lumière qui aura lieu du 19 février au 1er mars. On y retrouvera notamment Christine and the Queen, Bastian Baker, Anna Aaron et Stephan Eicher.

On vous laisse en compagnie de Kölsch, notre coup de coeur de cette neuvième édition.

 

Bookmark and Share
Commentaires

Cet article n'a pas encore de commentaire.

 
Ajoutez un commentaire :
Nom:
E-Mail:
Commentaire: