frequencebanane.ch
Après un premier week-end polaire, on aurait presque pu parler de canicule pour ce deuxième week-end de l’Igloofest 2015. Vendredi 23 janvier au soir, le thermomètre flirtait en effet avec les zéro degré celsius.

Armé de mon enregistreur flambant neuf et camouflé en banane, je pars à la rencontre des courageux qui ont bravé le froid pour venir danser sur les bords du Saint Laurent dans le vieux port de Montréal.


Les portes ouvrent à 19h et le monde se fait attendre. Etant encore l’heure de l’apéro, j’en profite pour discuter un peu avec les membres du staff, la plupart fidèles de l’Igloofest depuis plusieurs années. Derrière les différents bars, des petits radiateurs ont été installés pour que personne ne finisse la soirée congelé. En revanche, les membres de la sécurité ont du empiler les couches pour ne pas prendre froid. La caravane de la Société de Transport de Montréal qui distribue des marshmallows ne désemplit pas, le Jägermeister coule à flot et les déguisements sont de sortie. On croise un panda, deux Télétubies et même… un pénis géant. Avant de venir, les festivaliers ont pris des forces et dès 22h00 la soirée bat son plein. La grande scène est prise d’assaut, le son est bon, les basses réchauffent les corps et les quelques flocons qui transpercent les spots de lumière donnent à cette quatrième soirée de l’Igloofest 2015 une atmosphère fantastique. En effet, plusieurs milliers de personnes qui dansent sur de la techno dans le froid et la neige de janvier, il faut vraiment le voir pour le croire.

Finalement, seul l’enregistreur a un peu moins apprécié la neige et les grosses basses mais vous pouvez retrouver un petit micro-trottoir en podcast ci-dessous.

Bookmark and Share
Commentaires

Cet article n'a pas encore de commentaire.

 
Ajoutez un commentaire :
Nom:
E-Mail:
Commentaire: