frequencebanane.ch
Le festival Unilive a eu lieu le jeudi 1er mai sur le campus de l'Université de Lausanne. Grâce à un excellent programme musical, Unilive a pu attirer des milliers d'étudiants et d'autres intéressés. Un grand succès pour cette deuxième édition !
© Sébastien Bovard, Festival Unilive 2014

Comme l'année passée, le programme de la soirée était composé d'une multitude de concerts de groupes, plus ou moins connus, réparti sur deux scènes. Par ce choix, les organisateurs ont "voulu répondre à la diversité de goûts musicaux des étudiants lausannois". En plus du divertissement musical, réparti sur deux scènes, les festivaliers pouvait se faire plaisir avec une bonne bière, une crêpe ou d'autres snacks vendus aux nombreux stands tenus entre autres par des associations d'étudiants de l’Unil.

Le premier groupe sur scène était Macaô, avec du son et du chant exotique et entraînant. Malheureusement, la plupart des festivaliers n'étaient pas encore arrivés ou étaient en train de chercher leurs bières au lieu d'écouter la musique. Malgré ce bémol, Macaô s’est donné sans retenue pour électriser le public. TheScrapyards ont ensuite fait trembler la grande scène. Avec un mix entre rock, blues et funk leur musique était parfaite pour faire danser les gens. Et la chanteuse s'est faite remarquer par une voix très forte et pleine d'énergie. Les SteelAlive ont enchaîné de la musique fortement influencée par les musiques du Balkan et du Reggae. Ils ont assuré avec du chant en quatre langues et une énorme créativité quant à la compilation des sons.

Après Thomas Wiesel qui a diverti le public durant un bon quart d'heure, les deux musiciens de  Cauliflower secondés, en invité surprise, par Haroun et Aketo ont amené du très fort Hip Hop à l'Internef. Avec les Rag Dolls, le comité a invité un groupe suisse-allemand de Olten qui joue ensemble depuis 2006 et qui devient de plus en plus connu en Suisse. Les gars on tout donné sur scène et ont amené les festivaliers à danser, chanter et sauter. Rootwords a amené du "New York Swag" à l'Internef. Il a livré une prestation exceptionnelle, comme tous les autres artistes avant lui. La foule était ravie.

C'est avec Take me Home et Dimmi que la soirée a pris fin. Les basses ont fait trembler l'Internef jusqu'à tard et l'ambiance est devenue de plus en plus conviviale et débridée. Une fois les concerts sur le campus de Dorigny finis, la soirée n’était pas encore terminée : le D! Club avait ouvert ses portes pour accueillir tous les festivaliers après minuit.

Sans surprise, les organisateurs étaient extrêmement heureux et fiers à la fin de la soirée et c'est leur bon droit: non seulement les étudiants, mais aussi les musiciens et tous les autres participants ont passé une soirée incroyable, pleine de bonne musique. Cette année encore, Unilive a fait vibrer avec force le campus lausannois. Ce qui permet d'espérer que le festival s'impose comme un rendez-vous traditionnel immanquable sur le campus.

 

Bookmark and Share
Commentaires

Cet article n'a pas encore de commentaire.

 
Ajoutez un commentaire :
Nom:
E-Mail:
Commentaire: