frequencebanane.ch

Amoureux de la musique électronique, bienvenue! L’Électron fête ses 10+1 ans et le fait savoir ! Sa 11ème édition prend de l'avance. Coup d'envoi le 23 janvier dernier. Eh oui, on n'est festival ou on ne l'est pas, et quand on l'est on est au taquet presque trois mois avant l'ouverture des festivités.

Crédits: http://www.electronfestival.ch/

Trois mois c'est trop loin, me direz-vous... Alors pourquoi se lancer si tôt dans une entreprise de communication coûteuse ? Mais parce que Électron On Tour, pardi ! Eh oui, l’Électron voit les chose en grand cette année et décide de s'expatrier aux quatre coins de la Suisse pour une série de pré-soirées endiablées. Lausanne, Neuchâtel, Bâle, Zurich, Valais... et même un passage à Bordeaux (oui, on sait Bordeaux n'est pas en Suisse – mais les bons produits, ça s'exporte bien). A vos agendas donc pour prendre note des dates de ces noces électroniques.

Sans perdre de vue, bien sûr, l'apothéose de cette tournée, à Genève du 17 au 20 avril. Car le festival signe encore une fois une programmation au top des artistes électro du moment. Daniel Avery et James Holden s'étaient dénoncés d'eux-mêmes sur leurs pages personnelles. Mais toute une flopée d'autres noms sont depuis apparus sur la page du festival...

Nouvelle année, nouvelle dimension. L’Électron met sur pied des projets inédits. Exemple à l'ouverture du festival : Francesco Tristano et David Greilsammer, tous deux pianistes de génie, montent avec l'orchestre de la Geneva Camerata un spectacle alliant musique classique et création électronique. Et ce n'est pas tout, question classique. Un orchestre valaisan qui pour l'occasion portera le doux nom de Orchestra, et son choeur rejoindront le trio Deltron 3030 (Dan The Automator, Del The Funky Homosapiens et Kid Koala) dans un opéra Hip-Hop. Attention, futurisme en vue.

Ces artistes vous donne l'eau à la bouche ? Pourtant ce n'est pas encore tout. Rappelez-vous, l'Électron ce n'est pas seulement de la musique. Les films du Spoutnik reviennent avec des spécialités pour le moins alléchantes, allègrement agrémentés de conférences, de works-shops, et de danse. Incontournable, l'exposition du festival titre cette année Power Tracks vol.1- Mécanisme et esthétique de pouvoir dans les musiques électronique occidentale et leurs culture.

En résumé, l’Électron 2014 sera puissant ou ne sera pas. D'autant que pour recevoir encore plus de festivaliers, le Palladium rejoint le bal. Il y aura tellement de choses à faire, voir, trémousser que Fréquence Banane ne sait déjà plus où donner de la tête. Donc si vous êtes comme nous, ne prévoyez pas de voyage en famille et venez fêter Pâques comme il se doit, au son des musiques électroniques.

Bookmark and Share
Commentaires

Cet article n'a pas encore de commentaire.

 
Ajoutez un commentaire :
Nom:
E-Mail:
Commentaire: