frequencebanane.ch

Le LUC Volleyball s'est incliné dimanche soir à Dorigny contre les Thurgoviens d'Amriswil en demi-finale de la coupe suisse. Fréquence Banane est allée récolter quelques réactions.

Frédéric Trouvé, coach principal du LUC Volleyball, transmet ses consignes à Richard Seifert

Le premier set commence assez bien et le LUC va jusqu’à mener de 5 ou 6 points. Amriswil est cueilli à froid dès le début et semble un peu perdu sur le terrain malgré le soutien que le club thurgovien reçoit de ses supporters et recevra d'ailleurs pendant tout le match. Mais une course-poursuite s’engage entre les deux équipes et les fans bleus sont déjà debout. A raison car cette bataille livrée très vite dans le match par les deux équipes est remarquable. Amriswil a placé la barre assez haut avec un ace dans les premières minutes mais le LUC a de quoi y répondre notamment avec Jovan Djokic qui contourne le contre thugovien. Malheureusement la fin de set est donnée aux visiteurs: le LUC fait quelques fautes directes et envoie quelques services dans le filet. Ce n’est pas grand chose mais ça suffit à porter la score à 22-24. Malgré une première balle de set joliment sauvée, Amriswil l’emporte 23-25.

Dans le deuxième set, Amriswil a fait sa loi. Aidés par quelques approximations du LUC, les Thurgoviens prennent confiance et jouent leur jeu tranquillement, assurent et impressionnent : le Brésilien Dante Elias Trevisan et le Serbe Aleksandar Ljubicic dressent un mur bleu au contre, l’Italo-Argentin Santiago Alvarez trouve des angles impossibles. Le bon réveil du LUC au contre en fin de set n’empêche pas Marc Walzer de se distinguer et l’affaire est conclue à 25-13.

On se dit que ça va être difficile. De plus, le public lausannois fait encore moins de bruit que d’habitude. Mais dans le troisième set, l’équipe universitaire se met à montrer un tout autre visage. Pas au début où les services de Cao Herrera ont fait très mal jusqu’à mettre 5 points entre les deux équipes mais quelques balles après, le LUC s’est transformé. Devenus d’abord roublards, avec Bastien Warynski à 9-10 ou avec Vladimir Usiljanin par deux fois à 12-11, puis virtuoses avec Vladimir Usiljanin qui touche le carré magique sur une attaque, les Luciens sont aussi et surtout hargneux, tenaces, agressifs et font preuve de toutes ces qualités de combat. Si Amriswil avait construit un mur dans le deuxième set, les Luciens, eux, ont dressé les barbelés dans le troisième. Ils ne lâchent rien, ne laissent tomber aucune balles et sauvent des points improbables, les faisant revenir de nulle part grâce aux réflexes de Yohan Chandon ou Benoît Roger, entre autres. La fin du set est épique, le public s’est échauffé, les attaques surpuissantes pleuvent sur les bleus qui se heurtent aux contres de Richard Seifert, très efficace. On sent qu’Amriswil panique un peu. Ils effectuent plusieurs changements pour tenter d’inverser la tendance mais le LUC l’emporte 25-21.

Le quatrième set s’annonce tendu et commence de manière serrée. Les deux équipes ne se concèdent rien. Puis quelques éclairs de Roman Brühwiler mettent Amriswil devant de quelques points. De son côté le LUC s’est effondré. Commettant bien trop de fautes directes, notamment au service, les Lausannois laissent Amriswil l’emporter. Ces derniers n’ont d’ailleurs pas raté ces occasions offertes par les universitaires. Ils s’imposent finalement 25-21, après une remontée de la dernière chance des Luciens. Finalement les Lausannois « ratent la dernière marche », comme le dit Frédéric Trouvé, le coach principal. Ils avaient tout pour se qualifier et l’ont souvent prouvé mais les erreurs directes et les lacunes au service ont coûté bien trop cher.

Bookmark and Share
Commentaires

Cet article n'a pas encore de commentaire.

 
Ajoutez un commentaire :
Nom:
E-Mail:
Commentaire: