frequencebanane.ch
Ce ne sont pas moins de 700 personnes qui sont venues applaudir Thomas Wiesel et Jérémy Ferrari, une soirée qui a réservé bien des surprises.
Photo Stefano R. Torres

C’est en standing ovation que c’est terminée cette première édition du Banane Comedy Club. Et pourtant, la journée commençait mal, Jérémy Ferrari ratait son train. Quant aux spectateurs, autant dire qu’ils étaient à l’heure pétante au rendez-vous. Certains sont même arrivés tôt dans l’après-midi pour mériter leur place au premier rang. Autant dire qu’au moment de l’entrée en scène de Thomas Wiesel, grand gagnant du tremplin rappelons-le, la pression était grande.

Le jeune humoriste qui se produisait pour la première fois devant une assemblée si nombreuse avait face à lui une audience pas forcément acquise. Et pourtant, le jeune de 23 ans n’a pas froid aux yeux et c’est presque d’une nonchalance exquisément insolente qu’il vient provoquer un public conquis en seulement quelques secondes de paroles. Non seulement, Thomas Wiesel a en main un spectacle qui tient son public aux larmes… de rire, mais en plus, il n’hésite pas à jouer avec celui-ci. Une interaction et une réactivité qui, encore une fois, semblaient faire l’unanimité.

Puis c’est au tour du parrain du Banane Comedy Club d’entrer dans la lumière avec son spectacle « Allelujah Bordel ». On le comprend, religieux susceptible, s’abstenir. « Je ne m’autocensure jamais, confiait un peu plus tôt l’humoriste,  où si je le fais, c’est parce qu’un texte mérite d’être retravaillé, repensé. » Au Rolex Learning Center qui accueillait pour la première un tel type d’événement, les rires permettaient de mesurer la réussite de l’entreprise estudiantine. Là aussi, l’humoriste se joue de son public, c’est ainsi que le sms d’une spectatrice ayant malencontreusement oublié d’éteindre son appareil, a donné lieu à un sketch de 10 minutes.

Le pari un peu fou de Fréquence Banane a donc définitivement payé, une salle comble en standing ovation, un artiste avec la larme à l’œil et ravit de l’organisation et , bien sûr, un gagnant , Thomas Wiesel qui a emporté une incroyable visibilité. Entre intervention médiatique et dates toujours plus nombreuses qui se profilent à l’horizon, qui sait si un jour Thomas Wiesel ne sera pas la tête d’affiche d’une prochaine édition.

Interview de Thomas Wiesel (Taille: 6.97MB)
Bookmark and Share
Commentaires

Cet article n'a pas encore de commentaire.

 
Ajoutez un commentaire :
Nom:
E-Mail:
Commentaire: