frequencebanane.ch
La rétrospective dédiée au manga n'a pas manqué de rassembler bon nombre de chef d'oeuvres dans le genre de l'animation japonaise. Et le festival marque un très bon point en ne se limitant pas à des films anciens mais en programmant aussi de nouveaux films d'animation japonais, qu'ils soient dédiés au circuit télévisuel ou qu'ils se destinent à une carrière sur grand écran. AInsi, "Summer Wars" est un de ces nouveaux bijoux des studios d'animation japonais que l'on a le plaisir de découvrir ici en première internationale.
Le réalisateur présentait lui même son film comme étant une fiction adéquate pour une projection estivale. Il disait vrai, car la fraîcheur du film fait du bien, à condition de prendre le terme au sens figuré. Basiquement, l'histoire raconte comment un site social deviendra la cause de bien des désagrément après s'être fait piraté. Plus en détail, Natsuki, une fille dont la famille appartient à une grande lignée de samouraïs, invite son camarade Kenji chez sa grand-mère pour la célébration des ses nonante ans. Kenji excelle en math et travaille à la maintenance de OZ, un site social. Lorsque celui-ci devient la cible d'un pirate informatique, toute la famille de Natsuki se verra impliquer dans la lutte contre ce malfrat, Kenji en tête. "Summer Wars" allie avec doigté l'omniprésence de la technologie avec la vie traditionnelle dans la maison de la grand-mère. Ainsi, le spectateur navigue entre deux mondes parallèles avec la plus grande aisance mais non sans contraste. D'une part la maison familiale respire l'harmonie, d'autre part le monde virtuel regorge d'information et de frénésie. Lorsque le pirate s'introduit dans le système de OZ, chacun des mondes s'entremêlera pour mener à des événements inattendus. La qualité de la réalisation laisse pantois. Que ce soit pour le monde virtuel construit en trois dimension ou pour la "réalité" imagée par une technique plus proche du dessin animé, toutes les séquences présentent un travail graphique impressionnant. Dans les deux cas, le mélange entre dessins et images de synthèse s'opère à merveille et garde un très bon équilibre. Du bon travail pour un film qui laisse agréablement surprendre. Et si tous les personnages possèdent des traits qui les rendent indubitablement attachants, l'expressivité voulue par le genre du manga animé fait des merveilles et donne une touche des plus savoureuses. Clin d'oeil inévitable à l'informatisation toujours plus poussée de notre société, "Summer Wars" montre aussi que cette course à la virtualisation n'est pas sans danger.
Bookmark and Share
Commentaires

Cet article n'a pas encore de commentaire.

 
Ajoutez un commentaire :
Nom:
E-Mail:
Commentaire: